20e année - N°805 - 25 juillet 2022

Balicco

Vins

Le vin de la semaine. Couly-Dutheil Brut de Franc rosé brut

Image
Méthode traditionnelle
Vignobles et signatures
CÉPAGES. 100 % cabernet franc
DÉGUSTATION. Belle robe rose pâle, bulles fines. Nez d’arômes frais de petits fruits rouges. Belle rondeur, ample en bouche, bulle crémeuses, gourmand et savoureux en finale. Servir entre 5° C et 8° C.
ACCORDS. Un bon compagnon d’apéritif, mais également de tout le repas, sur un saumon par exemple. (photo X)
Prix départ cave 11,50€
Couly-Dutheil
12, rue Diderot 37500 Chinon
Tél. (0)2 47 97 20 20

http://www.coulydutheil-chinon.com

CIVP. Réunion d’informations

Image
ÉTUDE. Les entreprises viticoles adhérentes du Conseil interprofessionnel des vins de Provence (CIVP), les représentants de la filière viticole et de nombreuses personnalités, ont répondu présents à l’invitation lancée par le CIVP et se sont retrouvés au Château Saint Julien d’Aille à Vidauban, pour une journée, dense en informations, placée sous le signe de la convivialité où de nombreux échanges ont eu lieu entre les intervenants et les participants.
Le CIVP a ainsi présenté la situation de l’économie des 3 appellations et les perspectives 2009, la stratégie vins de Provence, et les programmes d’action marketing et communication France et export pour l’année prochaine.
Jean-Philippe Perrouty, pour Wine Intelligence, a parlé de son rapport d’étape sur la notoriété, le positionnement (90% des consommateurs de vin en France boivent des vins rosés, soit 27,5 millions de consommateurs de vin rosé. Prés de la moitié des consommateurs de vins rosés ont déclaré avoir bu du rosé de Provence au cours des 6 derniers mois, soit environ 14 millions) et la perception du consommateur pour le rosé de Provence (rosé = Provence, c’est en tout cas l’association faite spontanément par  la majorité des consommateurs à la question « Pouvez-vous citer des exemples de vins rosés dont vous avez entendu parler ? »). L’étude, commandée par le CIVP sur la notoriété, la pénétration et l’image des vins rosés de Provence est en cours. Les résultats finaux seront dévoilés à la fin du 1er trimestre 2009. Une des premières tendances est plutôt très positive, puisque les 2/3 des consommateurs jugent que les vins rosés de Provence «ont bon goût » et « un bon rapport qualité-prix », qui sont les 2 attributs-clés essentiels dans le choix du consommateur sur la sélection d’un vin en général !
Jean-Jacques Bréban, le président, a conclut sur la situation de la Provence viticole dans le contexte actuel de crise, sur la réflexion stratégique du CIVP, sur les marchés France et export, sur les atouts « rosé et Provence » et enfin sur le bassin Rhône-Provence (la Provence est désormais rattachée par décret à la vallée du Rhône) « Nous dénonçons très fermement l’aberration que constitue la mise en place d’un bassin Rhône-Provence et le refusons sans ambiguïté ».

(photo CIVP)

Fête du millésime à Bandol. Longues gardes 2008

Image PALMARÈS. Le jury de dégustateurs (sommeliers, cavistes, œnologues et journalistes de la gastronomie et du vin) s’est réuni pour sélectionner, parmi les échantillons prélevés sur les stands présents à la fête du millésime à Bandol, les vins offrant, selon eux, les meilleures aptitudes au vieillissement. Leur choix s’est porté sur le Château de Pibarnon à La Cadière d’Azur (Éric de Saint Victor), le domaine Maubernard à Saint-Cyr-sur-mer (Michel Vidal) et le domaine La Bastide Blanche à Sainte Anne du Castellet (Earl Bronzo).

En ouverture : les trois longues gardes 2008 (photo Brigitte Leloup)

bandol_longues_gardes2.jpg
Le jury et les vainqueurs sur le podium

(photo Contact Événement)

Domaine de La Bastide Neuve au Cannet-des-Maures. Jérôme Paquette parrain de la boutée 2008

Image TRADITION. Le millésime 2008 a pris ses quartiers d’hiver au cours de la boutée, l’événement traditionnel de la Bastide Neuve qui perdure depuis 11 ans, date à laquelle les premières boutes (fûts de 600 litres couramment utilisés en Provence au XVIIIe siècle) ont fait leur apparition sur le domaine et que de nombreux parrains de renom, issus du milieu de la gastronomie, du vin ou de la presse, ont su symboliser et personnaliser à chaque cuvée.
Cette année, le parrain a une relation plus intime avec le domaine, car il est impliqué dans cette aventure de passion menée par Hugo et Nicole Wiestner, propriétaires de la Bastide Neuve, depuis 20 ans. À l’occasion de cet anniversaire, il était inévitable  que cette cuvée 2008 soit parrainée par Jérôme Paquette, œnologue  et vigneron reconnu.
La boutée, en dehors de son caractère festif, est une histoire humaine qui lie la Bastide Neuve à ses amis et clients à travers une cuvée qui n’est pas le fruit du hasard, mais l’aboutissement d’un long travail résultant de la symbiose d’un groupe animé par la même passion, celle de faire naître un nectar, mis en boute.

(photo X)

Vins d’Alsace. Pour les fêtes, Alsacez-vous !

Image DÉGUSTATION. Bacchus, ou plutôt Bacchès alsacien, par la voix du CIVA, nous dévoile ses croyances et son actualité.
Un jour, un enfant rencontre un ours qui mangeait gloutonnement des baies inconnues. L’ours, chassé, on découvrit les dites baies… et c’est ainsi que naquit la vigne en Alsace.
Sur une pierre de la fontaine de Kaysersberg, on peut lire : « Si tu absorbes trop d’eau, tu te glaceras l’estomac ; je te conseille de boire avec mesure un vin subtil et de laisser mon eau ».
On prêtait alors aux eaux alsaciennes des vertus miraculeuses. Nous, nous vous conseillons de découvrir l’Alsace et ses vins.
Généreuse, l’Alsace viticole l’est, par son sol complexe et diversifié, son orientation, les ardeurs méridionales de son soleil d’été et d’arrière-saison, et la mosaïque de ses cépages, qui donnent à ses vins un caractère bien trempé et en font un milieu d’exception. C’est la seule région à retenir les cépages tout en redécouvrant la spécificité de ses terroirs.
Généreuse l’Alsace le fût, lors de la présentation du millésime 2007, un rendez-vous gastronomique organisé par le CIVA, au cours duquel, 6 chefs et artisans de talent, exclusivement féminins, se sont prêtés au jeu, en réalisant des recettes surprenantes inspirées par 46 vins d’Alsace du millésime 2007, une année particulièrement généreuse en qualité et quantité.
Les pinots noirs, seul cépage rouge dans ce dédale de blancs, offrent des notes de petits fruits rouges et beaucoup de couleur, la palette aromatique allant de la groseille à la cerise noire. Les pinots gris sont particulièrement réussis, puissants avec des notes très miellées mais soutenus par une acidité mûre. Les rieslings, aux notes d’agrumes, sont très fruités et d’une incroyable élégance. Les sylvaners et les pinots blancs sont bien typés. Les gewurztraminers sont une des grandes réussites, ils sont riches, intenses et très aromatiques. Et, les superbes conditions climatiques d’arrière-saison ont permis l’élaboration d’excellentes « vendanges tardives » et sélections de grains nobles, avec un niveau record de production, 1997 ayant même été dépassé !
Mais nous ne saurions trop vous conseiller d’aller auprès des vignerons, découvrir le contenu de ces élégantes bouteilles au long col comme un cou de cigogne, au fil de paysages hors du commun et de pittoresques villages qui vous feront peut être vous écrier, comme le fit  le Roi Soleil en 1673 « Ah quel beau jardin ! » (voir sous la rubrique "n° spécial" notre hors-série "Sur la route des vins d'Alsace"). MCG

Pour les restaurateurs et cavistes, un kit gratuit et complet est à disposition sur simple demande à Isabelle au (0)3 89 20 16 20 et une attention toute particulière, en ces temps de législation peu favorable à la consommation de vin, avec «vinétuis », votre client prolonge le plaisir en repartant avec sa bouteille.entamée.

(photo CIVA)

Syndicat des vignerons du Duché d’Uzès. Un vignoble millénaire

Image DÉCOUVERTE. Entre Cévennes et Rhône, Nîmes et le pont du Gard, se situe le vignoble gardois du Duché d’Uzès, dernier-né des grands conservatoires du midi viticole.
Une mosaïque de sols caillouteux, de marnes ou d’argiles, de micro-climats diversifiés, un ensoleillement d’exception, un cahier des charges rigoureux tant à la vigne que dans les chais, ce vignoble millénaire, engagé dans une démarche de reconnaissance en AOC, construit l’avenir.
Les vins du Duché d’Uzès (production 15 000 hl) sont obligatoirement des vins d’assemblage qui s’imposent des contraintes.
Les Duché blancs : viognier 40 %, grenache blanc 30 % minimum, aux reflets dorés, ont des notes d’abricot et de fruits secs, fraîcheur et finesse sont leurs caractéristiques principales.
Les Duché rosés : grenache 50 %, syrah 20 % minimum, ont une robe pétale de rose, teintée de violine et exhalent les fruits mûrs.
Les Duché rouges : syrah 40 %, grenache 20 % minimum ont une couleur intense du rouge vif au bleuté et développent des arômes de fruits rouges et noirs, réglisse, olives noires et notes poivrées apportent une ampleur intense en bouche.
uzes_syndicat.jpgÀ ces cépages principaux, chaque viticulteur  démarque son vin en y associant dans une proportion plus ou moins grande un ou plusieurs cépages secondaires. Des bouteilles d’un bon rapport qualité-prix  allant  de 3,5€ à 7€, à consommer avec modération, mais avec plaisir ! MCG
Tél. (0)4 66 20 42 70
http://www.vinsducheduzes.com

(photos X)

Le vin de la semaine. Les Forts de Léoube rouge 2005

Image
Appellation Côtes de Provence contrôlée
CÉPAGES. Syrah, mourvèdre, grenache et cinsault
DÉGUSTATION. Avec sa robe brillante rouge violacée, souple au premier abord, coulant et tannique en fin de bouche, ce grand cru marie son équilibre et sa rondeur aux parfums de fruits noirs, fruits rouges et épices. Servir à température ambiante.
ACCORDS. Côtes d’agneau grillées, lièvre à la royale, filet de bœuf sauce aux champignons
 (photo Gérard Bernar)
Château de Léoube
2387, route de Léoube
83230 Bormes-les-Mimosas
Tél. (0)4 94 64 80 03

bureau@chateauleoube.com

ASAMP. Une assemblée générale conviviale et chaleureuse

Image PROMOTION 2009. Certes les mentions obligatoires sont observées en commençant par le mot de bienvenue de la présidente Gisèle Marguin. Suivent les rapports financier et moral, les rappels de voyages et déplacements, les participations aux différentes manifestations pendant cette année écoulée, les voyages en projet pour l’année qui commence. Puis la présidente accueille avec plaisir les nouveaux membres qui viennent agrandir le cercle.
La partie festive arrive avec la nomination des parrains et marraines de la promotion des sommeliers à l’école hôtelière de Bonneveine. Yvon Gary et Denis Royère, professeurs de la promotion étaient à l’honneur. Vint ensuite le baptême de la promotion qui, en hommage à l’ami Paul Léaunard, devait porter son nom. Ce sera pour une autre année, certainement. Donc c’est Michel Égéa, journaliste à La Provence et passionné de vins qui sera le parrain de cette promotion. Pour information, Michel Égéa est à l’origine du magazine « Rosés », soutient depuis toujours le travail de l’ASAMP et de plus, est un dégustateur averti et talentueux.
Bonne route pour l’ASAMP, pour les étudiants en sommellerie et pour tous les adhérents de cette dynamique et efficace association. M.A.

En ouverture : Florence Verduci, secrétaire, Gisèle Marguin, Présidente, Élisabeth Cayol, trésorière de l ‘ASAMP

asamp_promotion_2009.jpg
La promotion 2009

(photos Magali Aimé)

Bellet. Portes ouvertes dans les domaines

Image DÉGUSTATIONS. Afin de préparer les fêtes de fin d'année, les vignerons de Bellet ouvriront leurs caves le week-end prochain. Les visiteurs pourront déguster tranquillement les vins et auront ainsi tout loisir de choisir de bonnes bouteilles pour Noël et le Jour de l'An.
Les « Amis du vignoble de Bellet » vous accueilleront sur la place de l'église de Saint Roman de Bellet, pour vous donner toutes les informations nécessaires à la visite des domaines de l'appellation.
Samedi 6 et dimanche 7 décembre, de 10h à 18h
Tél. (0)4 92 15 12 15

http://www.vinsdebellet.com

Bandol. Le millésime 2008 sous le signe de la Gaule.

Image
RAPPEL. Cette année, le 7 décembre sera une journée ludique et gauloise avec 25 vignerons, des tonneliers, des vanniers, un herboriste, des tavernes et bien évidemment un chef de village. Les dégustations de la potion magique 2008 se feront à la pipette. Deux chars et les Romains animeront la journée. Un programme alléchant avec la taverne (l‘œnothèque) où les sommeliers de la région feront déguster les vieux millésimes et les vins prêts à boire. Les barriques renfermeront les vins les plus aptes à vieillir. Un stand édition avec livres et auteurs gourmands et gourmets. La fête du millésime 2008 s’annonce originale, festive, gourmande, joyeuse et hédoniste. Vive le « Bandolix » 2008. M.A. 
Fête du millésime.
Dimanche 7 décembre de 10h à 17h sur les quais du port de Bandol. 4€ le verre à dégustation et 4€ les dégustations à la taverne avec les sommeliers.

En ouverture : Les tentes sur les quais du port de Bandol (photo X)

Le vin de la semaine. Pouilly-Fuissé 2006

Image
Appellation Pouilly-Fuissé contrôlée
CÉPAGES. 100 % chardonnay
DÉGUSTATION. Robe d’or, nuancée de vert. Nez riche et très fin, miellé, puis s’ouvrant sur des fleurs blanches, puis sur une combinaison de fruits mûrs (pêches, abricots) et secs (amandes…), relayée de quelques notes plus minérales. D’un bel équilibre, c’est un vin sec dont la bouche est ample avec une attaque toute en rondeur. Les fruits secs se marient en finale avec une bonne persistance aromatique. Servir à 10-11°C.
ACCORDS. Paupiettes de sole au foie gras, chapon rôti, fromages de chèvre.
Environ 9,40€ (photo X)
Cave Charnay-lès-Mâcon
54, chemin de la Cave
71 850 Charnay-lès-Mâcon
Tél. (0)3 85 34 54 24


Coteaux d'Aix-en-Provence. L'économie de l'appellation

Image CHIFFRES. Le syndicat des Coteaux d’Aix-en-Provence a dévoilé les derniers chiffres de l’appellation et présenté le millésime 2008, au cours d’un déjeuner, servi dans le nouveau restaurant de Christian Ernst « Le Moment » (5 place Sadi Carnot 13002 Marseille. Tél. (0)4 91 52 47 49 – http://www.lemoment-marseille.com ). Les mets ont été mariés aux vins Coteaux d’Aix-en-Provence et la dégustation commentée par Gisèle Marguin, présidente de l'association des sommeliers des Alpes Marseille Provence et Nathalie Pouzalgues, œnologue au centre de recherche et d'expérimentation sur le vin rosé.
Comparé à l’exercice précédent, la récolte 2008 de l’appellation connaît une légère baisse de 5 % des volumes, avec une production estimée à  195 000 hl et un rendement moyen de 47,2 hl à l’hectare, toutes couleurs confondues. Une répartition de production qui se décompose en 80 % de rosé (e qui représente près de 15 % de la production totale des vins rosés AOC de la Provence), 15 % de rouge et 5 % de blanc. Pour l’anecdote en 1985-1986, la production consacrée au rosé était de 34 % et au rouge de 61 % !
MILLÉSIME 2008. Il a cela d’exceptionnel qu’il a surpris les vignerons qui ont retrouvé un cycle végétatif et une période de maturation repositionné à des dates habituelles, non connue depuis 2004, avec des vendanges qui se sont terminées à Rognes et à Rians le 28 octobre. Dans l’ensemble, ce millésime restera gravé vif et aromatique en blanc et en rosé et fruité en rouge.
Les blancs sont, globalement, à la fois fins et aromatiques, avec une bouche expressive et complexe et une belle longueur.
Les rosés ont des couleurs franches aux reflets vifs. Floraux plus que fruités, mais toujours intenses, les nez sont expressifs avec des notes aromatiques alliant des agrumes aux fruits rouges. Les bouches sont vives et complexes.
Les rouges, avec des couleurs variant du pourpre au grenat sombre, des nez complexes caractérisés par des notes végétales ou animales suivant les cépages et une bouche d’un fruit marqué, seront à consommer dans les deux ans qui viennent.

En ouverture : de gauche à droite, 1er rang, Marie-Amal Bizalion (journaliste), Nathalie Pouzalgues (œnologue au centre de recherche et d'expérimentation sur le vin rosé), Michèle Nasles, (viticultrice), Jean-Jacques Bréban (président du CIVP), Gisèle Marguin (présidente de l'association des sommeliers des Alpes Marseille Provence) et Thierry Icard (président du comité des Coteaux d'Aix) ; 2e rang, François Roy (sommelier du restaurant Le Moment), François Terrat (directeur du domaine des Béates), Christian Ernst (chef du restaurant Le Moment) et François Millo (directeur du CIVP) (photo X)

Hôtel Montaigne à Cannes. Bacchanales 2008

Image DÉGUSTATIONS. Le 1er décembre 2008, de 9h à 22h, une journée de dégustation de vins et spiritueux est organisée dans les salons de l’hôtel Montaigne à Cannes. Vous pourrez découvrir des crus de Bourgogne de la maison Clavelier, des appellations Beaujolais-village, Côtes de Provence AOC, Luberon AOC, le champagne grand cru Louis Dousset, des fines bulles de Touraine et des spiritueux italiens. Vous pourrez également déguster les escargots de La Roubine et assister à des présentations et démonstrations de matériel, le Winesceptre, le Cool caddie, le Royal décanteur, le Chefboard (planche à découper dernière génération), lecouteau céramique Kyocera, le couteau métal japonais et le seau miracle qui refroidit un vin de 26°C à 4°C en 4 minutes !  Une tombola dotée de plus de 1 000€ clôturera cette journée placée sous le parrainage de Didier Crato.
Contact : Corinne esales@hotel-montaigne.eu
Hôtel Montaigne 4, rue Montaigne 06400 Cannes. Tél. (0)4 93 99 73 22

En ouverture : le bar de l'Hôtel Montaigne à Cannes (photo X)

Le vin de la semaine. Château Bastor-Lamontagne blanc 2003

Image
Appellation Sauternes contrôlée
CÉPAGES. 80 % sémillon, 17 % sauvignon, 3 % muscadelle
DÉGUSTATION. Belle robe claire, très joli bouquet marqué par des arômes d’agrumes (citron, pamplemousse). La fraîcheur domine et se poursuit en bouche sur des notes délicatement citronnées. Belle matière riche et onctueuse bien soutenue par une acidité donnant au vin une impression de légèreté malgré sa grande concentration.
ACCORDS. Foie gras poêlé, huîtres en sabayon, ris de veau en sauce crémée, poulet aux morilles, salade d’oranges.
Cavsites. Vente directe départ château 26€ (photo X)
Château Bastor-Lamontagne
33210 Preignac
Tél. (0)5 56 63 27 66

bastor@bastor-lamontagne.com
http://www.bastor-lamontagne.com

Les vins d’or de Bordeaux. Collection automne-hiver 2008

Image A SAVOIR. Faciles à vivre, ces vins s’adaptent à toutes les occasions, sa marient à une grande variété de mets dont ils exaltent les saveurs, salées ou sucrées. La consommation hivernale, plus classique n’est pas cependant limitée au foie gras ! Essayez avec une émulsion d’oursins, des Saint-Jacques poêlées, des ravioles de ricotta, un poulet grillé à la broche, du Roquefort, du chocolat noir, une crème brûlée, une tarte aux figues…
vins_d_or_raisins.jpgLes vins d’or de Bordeaux (Sauternes, Barsac, Loupiac, Sainte-Croix-du-Mont, Premières Côtes de Bordeaux, Graves supérieures, Cadillac, Cérons, Bordeaux supérieur, Côtes de Bordeaux Saint-Macaire, Sainte-Foy Bordeaux), c’est une production confidentielle, 2 % de la production totale et 3 % de la surface totale de Bordeaux, avec de nombreuses propriétés familiales (530) d’une taille moyenne de 8 hectares et de très faibles rendements. Cependant une gamme de vins bien présents actuellement sur tous les marchés, GMS, cavistes, restauration, vente directe et export.

En ouverture : vue du Sauternais (photos Vincent Bengold)



Nicolas Feuillatte. La Russie à l’honneur !

Image CADEAUX. Voltaire évoquait ainsi le champagne « Il part, il rit, il frappe le plafond ! De ce vin frais, l’écume pétillante de nos Français, est l’image brillante. » Mais n’est-ce pas aussi le reflet de l’âme slave !
Entre France et Russie, c’est une longue histoire d’amour et de rêve. En 1717, lorsque Pierre le Grand vint à Paris, il découvre la cuisine et les vins français, il est séduit par l’art de vivre à la cour de Louis XV. Dès la fin du XVIIIe siècle, Catherine II commande des flacons à Madame Clicquot-Ponsardin. Au XIXe siècle, Tolstoï dans Anna Karenine décrit la société russe comme appréciant particulièrement deux vins français, le champagne et le chablis. Pouchkine en parle comme d’un vin « béni des Dieux. »
Il était donc naturel, face au nouvel essor russe, plus d’un million de bouteilles expédiées en Russie en 2007, que Nicolas Feuillatte, pour les fêtes, mette doublement la Russie à l’honneur ! De façon nostalgique tout d’abord, avec « Sibérian dream », entraînant vers les vastes plaines sibériennes, emmitouflé dans un blanc manteau isotherme agrémenté d’un flocon de neige, son « blanc de blancs 2002 », une magnifique cuvée en monocépage  chardonnay, vieillie 6 ans en cave, qui lui confère souplesse, finesse et élégance, telle, dans le film de David Lean, le Docteur Jivago, Lara blottie dans son traîneau.
De façon passionnée ensuite, tel « Le joueur » de Dostoïevski, mais aussi, en hommage à la réputation des joueurs d’échec russes, avec « Le duo brut extrem’ », un champagne sans ajout dont les cépages, les crus et les proportions retenues par le viticulteur, ne sont jamais les mêmes selon les millésimes. Un vin frais, pur et naturel aux bulles très fines et pétillantes, qu’accompagnent un jeu d’échec et deux flûtes. Deux merveilleuses idées de cadeaux pour les fêtes ! MCG

En ouverture : « Sibérian dream »

feuillatte_echiquier.jpg« Le duo brut extrem’ »
(photos X)



«  79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 »