20e année - N°805 - 25 juillet 2022

Balicco

Tous les articles

La Récréation à Saint-Raphaël. Pour le plaisir

Image NOUVEAU. Après 12 ans de gastronomie à « Lou Calen », dans leur petit restaurant de la vieille ville de Fréjus, puis une parenthèse brasserie de 12 ans aux « Galoubets » à Port-Fréjus, et quelques années sabbatiques, Annie et François Gallione reviennent à leur premier amour en s’installant dans le centre ville de Saint-Raphaël, dans les murs du restaurant créé par Madame Pastorel en 1922 et dont le petit-fils Charly Floccia assurait la continuité, il y a quelques années encore, avant de jeter l’éponge.
De l’époque initiale, il ne reste que l’authentique porte d’entrée en ferronnerie que l’on pousse pour accéder au couloir, devenu salle de restaurant, qui mène au jardin intérieur à ciel ouvert. Toute la décoration –très réussie- a été réalisée par Annie Gallione, dans l’esprit feutré d’une maison bourgeoise provençale. En cuisine, François Gallione a remis au goût du jour quelques recettes plébiscitées à Fréjus, comme le gâteau moelleux de crustacés au jus de favouilles (16€), plat que l’on retrouve dans le menu carte du voyageur (entrée, plat, dessert 45€), en compagnie de la polenta de coquille Saint Jacques à la fondue de tomates, copeaux de parmesan (28€), du vol au vent royal des pêcheurs au pistil de safran (28€), du navarin de homard bleu aux fetuccinis (supplément 15€), du précieux filet de bœuf aux girolles en habit vert (35€), de l’Ali baba à l’ancienne au rhum ambré (9€)…
Le restaurant est ouvert uniquement à dîner jusqu’au début septembre, puis au déjeuner seulement et salon de thé l’après-midi, au-delà de cette date.
La Récréation
54, rue de la Liberté à Saint-Raphaël

Tél. (0)4 94 83 63 39 – (0)6 32 43 78 30

Annie et François Gallione (photo Gérard Bernar)

Les fêtes gourmandes à Villeneuve-Loubet village. Hommage à Bernard Loiseau

Image MÉMOIRE. En présence de Michel Escoffier, arrière petit-fils du Maître, président d’honneur des « Fêtes gourmandes », de Michel Bourdin, conservateur du musée Escoffier, président de ce millésime, et de Francis Scordel, chef du “Mas d’Artigny” à Saint Paul de Vence, président du jury du concours culinaire amateur, cette 17e édition va rendre hommage à Bernard Loiseau, illustre chef disparu il y a 5 ans, et saluer son talent, sa passion et sa créativité.
Animées par Dominique Cécillon durant les trois jours, ponctuellement assisté par Christian Plumail et Jean-Pierre Rous, les « Fêtes gourmandes » mettront l’accent sur la pomme de terre, ce tubercule comestible que Bernard Loiseau aimait travailler. Ce trésor enfoui, que l’on célèbre partout dans le monde cette année, constituera la base alimentaire du concours de cuisine amateurs organisé le vendredi 8 août.
Ce rendez-vous annuel permet de découvrir la ville natale d’Auguste Escoffier et les produits du terroir français et italien (Romagne), mis en valeur dans les stands disséminés dans les rues du village. Les dégustations de pêches Melba, de pasta italiennes par les cuisinier(e)s de Forlimpopoli, ville jumelle, les démonstrations culinaires animées par Dominique Cécillon, conférencier, en présence de Jacques Febvay, Jacques Bruneau, Pierre Botticelli, Disciples d’Escoffier, et de Jean-Pierre Rous, Slow Food, maître sommelier de France, les sculptures sur végétaux de Max Timbert, les expositions « Objets de Saveurs » de Virginie Serre (musée d’histoire et d’art) et « Une étoile, un mythe », consacrée à Bernard Loiseau (musée Escoffier de l’art culinaire) complètent ces trois jours de fêtes non-stop.
• 6, 7 et 8 août à Villeneuve-Loubet village de 10h à minuit

DÉMONSTRATIONS CULINAIRES
Place de l’hôtel de ville
• Mercredi 6 août
11h : Sébastien  Giannini
« Le Méridien » à Nice
15h : Philippe Labbé
« La Chèvre d’Or” » à Eze village
16h30 : Marc Laville
« Don Camillo Créations à Nice
• Jeudi 7 août
11h : Olivier Muller
Novotel Cap 3000 à Saint-Laurent-du-Var
15h : Franck Cicognola
« Private Catering » à Nice
16h30 : Pascal Trouvé
Chef pâtissier « Private Catering » à Nice
• Vendredi 8 août
11h : Luc Gamel
« Côté Jardin » Hôtel de Paris à Monaco
15h : Stéphane Raimbault
« L’Oasis » à La Napoule
16h30 : Philippe Roudière
« Chez Philippe » à Théoule-sur-Mer

Stéphane Raimbault effectuera une démonstration vendredi 8 août à 15h (photo X)

Amorino à Nice. Fleurs de glace !

Image NOUVEAU. Depuis le 13 juin dernier, au cœur de la zone piétonne de Nice, Arnaud Cubertier et son associée Sophie Pierre ont ouvert leur boutique franchisée « Amorino », spécialiste des glaces italiennes de tradition. Ils vous proposent 24 parfums, dont 4 de saison (framboise, fraise, réglisse et pamplemousse rose) et l’inimitable, au goût de Nutella. Réalisées à partir de matières premières sélectionnées avec soin (lait entier, œufs bio, sucre, saveurs naturelles ou fruits), ces glaces sont servies en pots de différentes contenances (3€ -ce qui équivaut à 2 boules ½- 4€, 5€, 7€ et 8,5€), en cornets de différentes tailles, moulées à la spatule en forme de fleur (3€, 4€ et 5,5€) et en focaccia, -la spécialité- une brioche fourrée de 3 rouleaux de glace (petit modèle 3,90€, grand modèle 4,80€).
La boutique vend également du thé, des bonbons et du vinaigre balsamique Mulino Sereni, dont un de 15 ans d’âge, Italie oblige !    
Amorino
33, rue Masséna à Nice. Tél. (0)4 93 88 06 11
12 places en terrasse. Ouvert tous les jours de 12h à minuit

amorino_cubertier.jpgArnaud Cubertier



















amorino_boutique.jpgLa boutique
rue Masséna à Nice

(photos X et Gérard Bernar)

Encre d’or créations. Carnet d’inspiration

Image ORIGINAL. Ce nouveau concept d'édition personnalisée, créé par Corinne Paolini, ex-rédactrice en chef du Figaro Méditerranée, mêle des textes poétiques, des illustrations d'artistes, des recettes de cuisine, des fragments d'histoire, des extraits de livre d'or et des pages vierges « pour l'expression libre du voyageur »... 
Personnalisable à souhait et directement commercialisé au comptoir de réception des palaces, cet ouvrage inédit - entre le livre et le carnet à dessin - s'inscrit dans une démarche de communication "identitaire" visant à valoriser les trésors historiques, artistiques et culinaires de notre région.
Elaboré sur pré commande en tirage limité et systématiquement traduit en  anglais, chaque ouvrage est numéroté comme une oeuvre d'art. "Il s'agit d'un cadeau souvenir créatif et inédit qui, en plus de valoriser l'identité d'un établissement, permet à chaque client d'apposer sa propre empreinte" explique Corinne Paolini, qui a prêté sa plume inspirée au premier exemplaire de sa collection au Château Saint-Martin & Spa à Vence. (photo Jean-Michel Sordello)
Renseignements : Corinne Paolini - Encre d'Or Créations
Tél. (0)6 82 72 10 12

http://www.encredor.net
cpaolini@encredor.net

Éditions Marabout. La cuisine du Maroc

Image SAVEURS. Avec près de 150 recettes simples, rapides et typiques, les auteurs, natives de Fès, nous font découvrir les secrets de leurs recettes de familles, marocaine et judéo arabe, classées en huit rubriques, kemia et petites entrées, soupes, tagines, poissons, brochettes et abats, couscous, pastillas, desserts et douceurs.
Ghislaine Bénady et Najat Sifrioui. 160 pages. 15,90€

Le vin de la semaine. Château de Pibarnon rosé 2007

Image
Appellation Bandol contrôlée.
CÉPAGES. Mourvèdre 50 % et cinsault 50 %
VINIFICATION. Vendanges manuelles, cinsault pressé directement, mourvèdre issu de saignée directe, assemblage des cépages avant fermentation longue (25 à 30 jours) en cuves inox et élevage en cuves pendant 6 mois.
DÉGUSTATION. Il exprime des notes de petits fruits à noyau, de bourgeons de cassis et évolue ensuite sur des notes complexes d’épices qui évoquent la réglisse douce ou le safran.
La bouche, fraîche et complexe suscite la gourmandise.
ACCORD. Cuisine méditerranéenne et exotique, compote de tomates et poivrons grillés, jambons ibériques, oursins, rougets de roche grillés.
Cavistes. 20€ environ la bouteille de 75cl (photo X)
Château de Pibarnon
83740 La Cadière d’Azur
Tél. (0)4 94 90 12 73

http://www.pibarnon.com
contact@pibarnon.com

Château La Dorgonne à La Tour d’Aigues. Le domaine retrouve force et vigueur

Image NATURE. Ce domaine en Luberon affiche sa passion pour la viticulture naturelle. Baudouin Parmentier, le maître des lieux, reprend l’exploitation en 1999. Le domaine était à l’abandon, tout était à faire. Un parti pris pour un retour à la culture traditionnelle, sans aucun produit chimique sur les 28 hectares d’exploitation. 8 hectares arrachés (cépages inappropriés et surtout malades), un travail accompagné d’opérations de recépage, de nettoyage des parcelles et de replantage, dont 2 hectares de syrah dont les greffons proviennent de chez Eloi Durbach, du domaine de Trévallon. Un leitmotiv : produire le meilleur vin propre à ce terroir (rouge, rosé, blanc), en équilibrant chaque parcelle de façon naturelle et en limitant l’intervention humaine. Toute cette transformation sous la houlette et avec les conseils de Claude Bourguignon.
Et voilà le château La Dorgonne prêt à ouvrir ses portes pour faire sillonner le vignoble à la découverte du terroir, des cépages et des paysages du Luberon sur deux circuits de promenade balisés de 1h30 ou 45 minutes. Au départ de la promenade, un plan du domaine vous est remis ainsi qu’un petit guide gratuit superbement illustré. Vous saurez tout sur les secrets de la culture, du vignoble, du terroir du Luberon… M.A. (photo La Dorgonne)
Château la Dorgonne
D135, route de Mirabeau 84240- La Tour d’Aigues
Tél. (0)4 90 07 50 18
Visite du chai et dégustation gratuite 7 jours sur 7.

http://www.ladorgonne.com

info@ladorgonne.com

Les vignerons du Mont Ventoux. En buggy à travers les vignes

Image DÉCOUVERTE. Une formule originale pour arpenter le vignoble et découvrir son histoire grâce à un véhicule ludique, c’est ce que propose, jusqu’à fin septembre, la cave des vignerons du Mont Ventoux de Bedoin.
Au volant de votre buggy 2 places, accompagné d’un guide qui commentera les paysages et le vignoble, vous parcourrez, pendant 1h30 environ, les terroirs de la cave et ses différentes parcelles à 400, 450, 500 mètres d’altitude. Vous pourrez ensuite, au cours de la dégustation au caveau, faire aisément la relation entre les vins et les différents terroirs parcourus.
20€ par personne. La réservation est obligatoire et la présentation du permis de conduire demandée. Magali Aimé (photo X)
Les Vignerons du Mont Ventoux
 84410 Bedoin
Tél. (0)4 90 65 95 72

http://www.bedoin.com

Confiserie du Roy René. Le calisson, le grand classique aixois

Image TRADITION. Depuis 1920 la confiserie du Roy René fabrique les calissons qui ont fait sa renommée. Fidèle à sa tradition, elle ne cesse d’élaborer de délicieuses gourmandises sucrées. Quant aux calissons, ils se déclinent aussi, en «calinous », « chocod’Aix » et en crème à tartiner. Maurice Hubert, veille au respect de l’esprit maison où la philosophie tient en deux mots : tradition, innovation.
Des produits qui évoquent la Provence et son art de vivre chaleureux, au parfum de vacances. (photo X)
Confiserie du Roy René
Boutiques à Aix-en-Provence
Pôle commercial de la Pioline - 330, rue Guillaume du Vair
Tél. (0)4 42 39 29 89
13, rue Gaston de Saporta
Tél. (0)4.42.26.67.86

http://www.calisson.com
royrene@calisson.com

Disciples Escoffier international. 2e congrès à Genève

Image
PRÉPARATION.
La commission des Disciples d’Escoffier s’est  réunie les 20 et 21 juillet 2008 à l’InterContinental de Genève, afin de préparer le 2e congrès des Disciples Escoffier international pour 2009. Il a été décidé qu’il se tiendrait en Suisse les 7 et 8 février 2009, à l’hôtel InterContinental de Genève, situé à 10 minutes de l’aéroport. Le concours culinaire international des jeunes talents des Disciples d’Escoffier et le grand dîner de gala de clôture, avec la participation de grands chefs, sont les deux animations d’envergure prévues.
Le concours, qui sera organisé à l’école hôtelière de Genève, mettra en lice les candidats chinois, japonais, du Benelux, anglais, français et suisse. Trois autres pays sont en attente de confirmation de leur participation. Plus amples informations sur le programme sur http://www.disciples-escoffier.com .
Étaient présents à cette réunion (notre photo X), le président Suisse, René Winet et ses collaborateurs Pierre Alain Favre et Didier Sidot, Marc Marcel Zehnder, Geneva Tourism, le président Benelux, vice-président Europe, Daniel Lassaut, le président international, président Paris Île de France, Jean-Pierre Biffi, le secrétaire général international, Bernard-Louis Jaunet. Nous ont rejoints en fin de réunion, le directeur général de l’InterContinental de Genève, Michel Perret (nôtre hôte) et son chef exécutif, Didier Quesnel.

escoffier_photo_famille.jpg
Comme ici lors d'Agecotel, tous les disciples sont conviés devant la Fondation Escoffier, à Villeneuve-Loubet village le 6 août prochain à 17h, pour la photo de famille en tenue, avec écharpe

(photo Gérard Bernar)

DATES
6, 7 et 8 août Les fêtes gourmandes de Villeneuve-Loubet. Chaque jour démonstrations culinaires réalisées par les Disciples d’Escoffier. Le 6 août rendez-vous à 17h pour la photo en tenue, avec écharpe, devant la Fondation Escoffier, suivie de l’inauguration des fêtes gourmandes dans les jardins Pellegrino Artusi ••• 7 octobre rencontre délégation Suisse Nord-Central,  ambassadeurs Suad Sadock et Andreas Wyss, à Zurich à l’Hôtel Schweizevhof ••• octobre, délégation Occitanie, grand chapitre à Carcassonne au restaurant La Barbacane de l’Hôtel de la Cité, où seront notamment intronisés Yves Thuriès MOF et Richard Filippi du Groupe Ducasse ••• 22 octobre chapitre pays Italie à Chianciano Terme ••• 28 octobre délégation pays Suisse, 33e chapitre, en l’honneur du 20e anniversaire de la délégation, chez Philippe Rochat à Crissier, sous la présidence de René Winet et de son équipe ••• 20 novembre, Pays Italie, 1er chapitre à Rome ••• 20 janvier 2009 Pays Italie, 1er chapitre à Milan ••• 7 et 8 février 2009 2e congrès international des Disciples d’Auguste Escoffier à Genève pays Suisse ••• 7 février 2009 concours culinaire international Disciples Auguste Escoffier avec l’école hôtelière de Genève.

Bernard-Louis Jaunet Secrétariat « Disciples Escoffier international »
Tél. (0)6 07 57 00 76

ordre@disciples-escoffier.com - http://www.disciples-escoffier.com

Restaurant Eden Roc au cap d’Antibes. Star d’un soir

Image ONIRIQUE. Qui n’a jamais rêvé de dîner dans ce palace d’exception, pensant que ce privilège fût réservé aux seules célébrités du festival international du film de Cannes ? Cette agitation passagère terminée, les portes de ce lieu mythique vous sont ouvertes. Ce soir, la star c’est vous !
Traversez le parc confidentiel complanté de pins pour rallier le Pavillon Eden Roc, bel édifice Napoléon III construit en terrasse sur la mer, à flanc de rochers, où vous attend le concierge qui se chargera de vous accueillir. Gravissez quelques marches, entrez dans le hall entièrement rénové cette année, et poursuivez jusqu’au bar, où les élégants et profonds canapés, vous invitent à la détente. Puis prenez place sur la terrasse en teck, véritable proue, face à cette baie magique soulignée par les îles de Lérins. La croisière gastronomique peut commencer.
À la tête de ce navire, Arnaud Poëtte, chef altruiste et chaleureux, fidèle à l’établissement depuis l’été 1983, veille sur un équipage de 45 personnes, épaulé par deux seconds Richard Petillion et Olivier Gaïatto, et aidé depuis 1996 par son complice Lilian Bonnefoi, chef pâtissier. Une étroite complicité qui leur permet de fusionner leurs idées, additionner leurs talents, de répondre à toutes les exigences et partager des valeurs fondamentales, comme l’excellence, une mission toujours remise en question.
La carte d’été, mise en place jusqu’au début septembre, comprend toujours les grands classiques de la cuisine, bouillabaisse de Méditerranée (89€ par personne), jarret de veau braisé en cocotte, aux petits légumes de saison (52€ par personne), poulet de Bresse, truffé sous la peau, rôti à la broche (115€)…, les traditions « Eden Roc », soupe au pistou dans la tradition niçoise (24€), filets de rouget de roche poêlés à l’Antiboise, vinaigrette tiède au corail d’oursins et courgette fleur farcie aux senteurs de Provence (40€)…, mais également des créations où les compositions sont pertinentes et les produits exceptionnels, tartare de thon aux condiments, légumes confits glacés, sauce au parfum d’Orient (42€), ravioles de homard pochées au bouillon de crustacés et herbes fraîches (38€), aiguillettes de filet de saint-pierre grillées, girolles sautées au persil plat, jus à l’huile d’olive et tomates confites (48€), suprêmes de pigeonneau sautés aux girolles et tomates confites, la cuisse en pastilla aux amandes (52€)… Les desserts (20€), nés de l’imagination fertile de Lilian Bonnefoi, balancent entre les fruits du temps, poêlée de pêches blanches aux groseilles, polenta crémeuse, tuile croustillante aux amandes ou émincé de fraises à la menthe, crumble au chocolat blanc, jus léger à la tomate vanillé et le parfum de gourmandises, sablé croustillant au gianduja, mousse au chocolat grand cru, émulsion vanille à la confiture de lait…
Pou accompagner cette symphonie gustative, Xavier Dinet, le jeune chef sommelier, vous conseillera judicieusement et vous fera découvrir quelques jolis crus, comme ce Languedoc rouge 2003 « Les Sybarites » du Domaine Les Mille Vignes à Fitou, assemblage parfait de carignan, syrah et grenache.
Au loin, les lumières  de Cannes scintillent, l’obscurité enveloppe le ciel et la mer. Le rêve est devenu réalité.
•  Restaurant Eden Roc
Hôtel du Cap - Eden Roc. Boulevard J.-F. Kennedy - Cap d’Antibes à Antibes
Réservations (0)4 93 61 39 01
Ouvert de 12h30 à 14h30 et de 19h30 à 22h00

La nuit tombe sur le Pavillon de l'Eden-Roc avec sa piscine à débordement
et ses deux espaces de restauration, le Grill et le restaurant
(photo Stéphane Gladieu et Philippe Gardette)


poette.jpg
Le chef des cuisines Arnaud Poëtte

eden_roc_tartare_thon.jpg
Tartare de thon aux condiments, légumes confits glacés, sauce au parfum d’Orient

eden_roc_pigeonneau.jpg
Suprêmes de pigeonneau sautés aux girolles et tomates confites, a cuisse en pastilla aux amandes

(photo Gérard Bernar)

La Terrasse du Colonial à Nice. Nouvelle carte d’été

Image AFFIRMATION. Depuis son arrivée à Nice, Sébastien Giannini, le chef des cuisines du Méridien Nice, a pris de la hauteur, au sens propre comme au sens figuré, et affirmé progressivement sa personnalité. Sa nouvelle carte d’été, « la plus aboutie » selon lui, en est le parfait exemple.
À fond dans l’esprit méditerranéen, il n’hésite pas à travailler des produits –que l’on trouve rarement sur les cartes azuréennes- comme le maquereau cuisiné en escabèche et servi avec un bouquet de riquette et citron confit (15€), le riz vialone nano et ses petits grains croquants venus de Vénétie, lié au mascarpone et travaillé en risotto, en accompagnement d’un blanc de seiche simplement raidi à l’huile d’olive. On pourrait tout autant conseiller les ravioles de queues d’écrevisses décortiquées, julienne de légumes croquants et son crémeux de bourride (28€), le blanc de saint-pierre persillé de citron, tranche d’aubergine poêlée à l’huile d’olive (27€), le canon d’agneau cuit au sautoir, croûte de parmesan et olives noires, servi sur une galette de tomates séchées (29€)… ou les tartines (de 9€ à 14€ pour la focaccia de gambas) et desserts nutri-formes (5,50€ et 6€), plats légers et équilibrés, pour ceux qui préfèrent rester au 1er étage, dans l’environnement design et confortable du Colonial Café.
La Terrasse du Colonial
Le Méridien Nice 10e étage  1, Promenade des Anglais  à Nice
Tél. (0)4 97 03 40 37
Ouvert tous les jours pour le déjeuner et le dîner

lecolonialcafe.nice@lemeridien.com

Le chef Sébastien Giannini

meridien_saint_pierre.jpg
Blanc de saint-pierre persillé de citron, tranche d’aubergine poêlée à l’huile d’olive

(photos Gérard Bernar)

La Marmite du Pêcheur aux Mées. Envies de saveurs marines

Image POISSONS. Cet été, si vos pas vous mènent du côté du val de Durance et des célèbres rochers des Pénitents des Mées, arrêtez-vous chez Laure et Christophe Roldan.
Le chef, qui change très régulièrement sa carte et ses menus en fonction des produits du marché et de ses envies, est passé maître dans l’art de travailler les produits de la mer, tout en proposant des plats du terroir en regard. Sur le menu « Terre et mer » (32€), les anchois frais marinés et poivron rouge, fougasse Riviera, herbes fraîches au parfum d’Asie sont en concurrence avec le pressé de jarret confit et foie gras de canard au persil plat, chutney de pommes aux épices douces et le filet de poisson de mer (selon arrivage) à la plancha, tian de légumes du soleil au thym, jus de bouillabaisse rivalise avec les paquets d’agneau à la Sisteronnaise, le pied crousti-fondant aux herbes, pulpe de monalisa à l’huile d’olive des Mées. Le menu « À la découverte des saveurs d’ici et d’ailleurs » (55€) est un original voyage gustatif iodé et parfumé, composé d’un kadaif de rouget de roche à la tapenade, émulsion d’olives noires relevée de Xéres, d’une seiche à la plancha en raviole ouverte, artichaut violet au pistou, chorizo, d’un yakitori de gambas aux girolles et d’un pavé de loup et foie gras de canard, tian à l’huile d’olive truffée F. Arizzi, jus concentré.
La Marmite du Pêcheur
Boulevard des Tilleuls – Les Mées
Tél. (0)4 92 34 35 56

Christophe Roldan et son second de cuisine Jean Philippe Charpentier (photo X)

La Baie des singes à Marseille. Un endroit privilégié qui se mérite !

Image AUTHENTIQUE. Marseille, les Goudes, un désert de pierres, et là, après avoir garé sa voiture, un petit chemin serpente au milieu des rochers… 10 minutes de  « montagnes russes » et vous voilà arrivé. Un décor de film policier, les rochers, la mer, le mistral, et l’île de MaÏre en face. Fabio Montale, le policier de Jean-Claude Izzo n’est sûrement pas très loin ! C’est là que d’avril à septembre, on se fait venter par le mistral, bronzer sur un matelas (à réserver), et que l’on peut aussi manger le poisson pêché à quelques brasses, la bouillabaisse de pêcheurs (originelle), la rouille avec du vrai safran, des soupions frits… (à la carte, plats de 12€ à 22€), arrosés de vins de Provence servis au verre. Pas de chichi, du vrai, du simple de l’authentique. Et si le luxe, c’était aussi ça ? (M.A.)
La Baie des singes
Cap croisette, les Goudes
13008 Marseille  
Tél. (0)4 91 73 68 87

(photo Magali Aimé)

La Maison à Marseille. Un mélange savant de Méditerranée

Image EXOTISME. On s’attend à y rencontrer Lulli et à entendre sa musique. Un mélange de meubles et d’objets totalement hétéroclites et qui pourtant ont un lien : Éric les a choisis parce qu’il les a aimés. Couleurs, sièges disparates, glaces baroques, et, cerise sur le gâteau, une terrasse comme dans les maisons de nos grand-mères avec la Méditerranée à perte de vue. Un vrai bonheur. Et la cuisine ? En harmonie avec le décor : un mélange savant de Méditerranée, d’épices, d’exotisme, d’originalité… Les petits légumes sont servis dans le wok, les crevettes sont accompagnées de couscous… Le tout élaboré avec légèreté, originalité et délicatesse. On ne peut pas rester indifférent ni au lieu, ni à ce qu’il y a dans l’assiette (plats de 15€ à 35€, menus de 30€ à 50€  selon le vin). Nous, on aime inconditionnellement. Pour les amateurs de voyance le mercredi pour 15€ vous saurez tout sur votre avenir ! Des soirées drôles et sympathiques. J’allais oublier… la carte des vins fait honneur à la région. (M.A.)
La Maison
21, promenade Georges Pompidou 13008 Marseille
Tél. (0)4 91 22 52 03

(photo Magali Aimé)


Bistrots de pays. Le nouveau label pour les petits cafés du pays vauclusien

Image ACCUEIL. Cette identification concerne les cafés–bistrots des villages de moins de 2 000 habitants. L’établissement doit être ouvert toute l’année, proposer une restauration minimale, avoir un dépôt de pain et de produits introuvables sur le village, et bien évidemment promouvoir les produits régionaux, donc être l’un ou le dernier commerce à rester dans le village. Un guide a été édité et les cafés labellisés affichent sur leur porte le macaron qui permet leur reconnaissance. Profitez des vacances pour les découvrir, franchement cela vaut très souvent un petit détour. Pour en savoir plus (0)4 90 16 08 00

le_bistrot_de_la_lavande.jpgA Lardiers, un village qui domine la montagne de Lure, « Le bistrot de la lavande », dirigé par Emmanuelle Burollet, est un joli exemple de « Bistrot de pays ». Point de rencontre aussi bien des villageois que des promeneurs et des touristes, on y trouve les journaux, les magazines… et une restauration familiale et chaleureuse. Nous avons aimé la brandade de morue et les desserts maison succulents. (M.A)
• Le bistrot de la lavande
Place de la fontaine 04230 Lardiers
Tel. (0)4 92 73 31 52

(photos X)
«  664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 »