20e année - N°805 - 25 juillet 2022

Balicco

Restaurants

La Mandarine à Monte-Carlo. Humeur voyageuse

Image CARTE. Le restaurant de l’hôtel Port Palace possède une situation privilégiée sur le port, avec sa vue sur les yachts et le palais princier, et sa terrasse sur le toit au 6e étage, bénie en ces journées encore bien ensoleillées.
La nouvelle carte de Patrick Raingeard, « Tendances du monde », qui sera mise en place dans quelques jours, est fidèle à sa philosophie exploratrice des produits entre Orient et Occident et au respect d’une cuisine de saison. On retrouve avec plaisir une fleur de courgette farcie aux truffes (appareil courgettes, chou romanesco, truffe), émulsion au champagne, on découvre un aïoli de cèpes aux coquilles Saint Jacques crues, on apprécie un civet de homard breton et langoustine au vin jaune, haricots frais paimpolais, on déguste un agneau fermier du Quercy confit 5 heures, moulé à la louche au ras el-hanout. Les desserts, tout en légèreté, lingot poire-figue, cornet mascarpone à l’anis, sont signés du chef pâtissier Philippe Virissel, transfuge du Château Eza et la cave est entre les bonnes mains et le palais expert de Ludovic Sauvanier, le chef sommelier.    
La Mandarine
Port Palace
7, avenue John-Fitzgerald Kenney 98000 Monaco
Tél. +377 97 97 90 00

http://www.portpalace.com

En ouverture : Ludovic Sauvanier, chef sommelier et Patrick Raingeard, chef de cuisine

port_palace_fleur_courgette.jpg
Fleur de courgette farcie aux truffes, émulsion au champagne

port_palace_homard.jpg
Civet de homard breton et langoustine au vin jaune, haricots frais paimpolais

La Badiane à Nice. Partenariat avec Guy Martin

Image
CARTE.
Guy Martin, deux-étoiles Michelin®, signe désormais 6 plats sur la nouvelle carte du restaurant du terminal 2 de l’aéroport niçois. Le successeur de Raymond Oliver au Grand Véfour à Paris était de passage pour présenter ce partenariat, ainsi que les plats élaborés à partir de ses recettes par Stéphane Oïoli, le chef du restaurant « La Badiane » et son équipe, « gaspacho de tomates, chèvre au citron au sel et ciboulette », « saumon mi-cuit et confit d’aubergines assaisonnées au pesto », «dos de cabillaud cuit meunière, courgettes vertes et mini pâtisson jaune délicatement apprêtés aux graines de moutarde et curry », « poulet fermier cuit doucement à la marjolaine, tofu infusé au gingembre, jus de ratatouille », « marron sur croquant de noisettes, potimarron au pistil de safran, sorbet orange » et « mangue rôtie et d’autres crues à la cardamome, sorbet coco ». Avec en prime, 3 heures de parking gratuit – à demander avant de partir -, pour déjeuner ou dîner en toute quiétude, sans grever votre budget. 
La Badiane
Restaurant. Bar. Lounge
Terminal 2. Aéroport Nice Côte d’Azur 06200 Nice. Tél. (0)4 89 98 52 20


En ouverture : le chef Stéphane Oïoli avec son équipe, en compagnie de Guy Martin et Jean-Yves Touveron, directeur des activités restauration et bars des aéroports de Nice pour le goupe Éliance

la_badiane_plat.jpgSaumon mi-cuit
et confit d’aubergines
assaisonnées
au pesto
(Photos Gérard Bernar)


Les Bacchanales à Vence. Dîner à 4 mains

Image
PAINS. Du 16 au 20 octobre, Christophe Dufau, une-étoile Michelin® en 2008, accueille Bruno Dinel, maître-boulanger « Au pain de mon grand-père », également vainqueur du prix international des jeunes créateurs 2008, pour un menu spécialement pensé à l’occasion de la semaine du goût. 7 plats mitonnés par le chef vençois seront accompagnés de 7 variétés de pains, réalisées par le maître-boulanger alsacien. Le 16 octobre, ils réaliseront un dîner à 4 mains. (Photo X)
Les Bacchanales
245, avenue de Provence 06400 Vence
Tél. (0)4 93 24 19 19


La Table à Marseille. La mer, l’hippodrome et le golf

Image ATMOSPHÈRE. « Un endroit  gourmand  pour tous… Ne le dites à personne ». Voilà comment Patrick de Santis présente son établissement « La Table ». Depuis 2003, il préside à la destinée du golf de Borély et reprend en 2006 le restaurant. Une double culture italo-française, une curiosité immense à vouloir découvrir le monde, un petit penchant vers l’Asie, ajoutons à cela une carrière dans le marketing agro-alimentaire et voilà Patrick de Santis. C’est dire qu’il est à la fois homme de concept, de sensations et de plaisir. « La Table » se crée autour de plusieurs éléments, un cadre - la mer -, l’hippodrome et le golf, plutôt agréable pour le plaisir des yeux. Une déco sobre et chic, simple et chaleureuse, une ambiance lounge et cosy. Côté cuisine Patrick de Santis applique sa propre philosophie du « bien se nourrir ». Les produits avant tout, frais, de saison avec des transformations simples. La carte propose des « mono plats » (16€ à 26€ ) largement satisfaisants, une carte des eaux tranquilles et agitées, du vin au gré du client : plaisir, plaisir à deux ou carafe (4€ à 12€). Le dimanche, c’est l’heure du brunch. Ambiance familiale, cool et tranquille. Un buffet à thématique hebdomadaire selon le marché et l’humeur, les produits et l’air du temps. On oublie le temps et on se rend compte qu’il est déjà 16h, le soleil, l’atmosphère et la vue, nous étions en vacances. M.A. (Photo Eliette Pascal)
La Table
Golf de Borély. Golf club Marseille Borély
136, avenue Clot Bey 13008 Marseille
Tél. (0)4 96 14 06 41

benoit.golfborely@wanadoo.fr
http://www.golfclub-borely.com

L’Oasis à La Napoule. Des ateliers très classe !

Image INAUGURATION. C’est dans une ambiance très conviviale que les invités de Stéphane Raimbault, dont Henri Leroy, le maire et vice-président du conseil général des Alpes-Maritimes, ont assisté à l’inauguration de son école de cuisine « Les Ateliers de l’Oasis ». Cet espace très fonctionnel aux tons orange et blanc, conçu et agencé par Home Store Balitrand et équipé de matériels Gaggenau, peut accueillir de huit à dix personnes, dans une version participative et davantage à l’occasion des démonstrations collectives.
Le temps de cette soirée, les invités ont pu tester les lieux, assister en direct à des démonstrations de fabrication de sushi par Ono Shinsuke, assister à la réalisation de flambages et découpages, s’initier au montage de la fameuse tarte Laguna café de François Raimbault et déguster à l’aveugle quelques vins mystères choisis par Pascal Paulze, chef sommelier de l’Oasis. Autant d’activités auxquelles les futurs participants aux Ateliers peuvent d’ores et déjà s’inscrire (programme ci-dessous).
À l'occasion de l'inauguration des ateliers de cuisine, pâtisserie et œnologie, un menu spécial a été spécialement élaboré par Stéphane Raimbault avec des plats phares de L’Oasis, que l’on retrouve dans les thématiques des cours, « Émietté d'esquinade au guacamole, en salade de pourpier à l'huile de curry et tamarin », « Pavé de saumon laqué à la braise, chao-mian de légumes et sauce teryaki », « Quasi de veau de lait, escalopine de foie gras au gingembre, mangue caramélisée, courgettes et shiitakés à la coriandre » et « Caravane de nos tartes, gâteaux et entremets ». Ce menu exceptionnel est servi uniquement les mardi, mercredi et jeudi soirs au prix de 80€ hors boissons ou 99€ avec ½ vin. Si vous réservez pour l’une de ces soirées, vous participerez au tirage au sort du 1er décembre et gagnerez peut-être un cours de cuisine avec Stéphane Raimbault, un cours de pâtisserie avec François Raimbault ou une initiation à la dégustation avec Pascal Paulze.
PROCHAINES SESSIONS : les sushi les samedis 11 octobre et 15 novembre ; atelier d’œnologie, le chardonnay, le vendredi 17 octobre ; le saumon teryaki le samedi 1er novembre ; la cuisine du foie gras le samedi 22 novembre ; démonstration d’un menu spécial fêtes le samedi 6 décembre avec Stéphane et François Raimbault ; atelier d’œnologie, le champagne, le vendredi 12 décembre. Plus amples renseignements auprès de Françoise Mirebeau au (0)4 93 49 95 52 ou francoise.mirebeau@oasis-raimbault.com
L’Oasis
Rue Carle 06210 la Napoule
Tél. (0)4 93 49 95 52

http://www.oasis-raimbault.com

En ouverture : derrière, de gauche à droite : Stéphane et François Raimbault, Laurent Renard ; devant, Ono Shinsuke et Pascal Paulze

oasis_ateliers.jpg
La salle de cours


oasis_ono.jpg
Ono Shinsuke réalise des démonstrations de réalisation de sushi


oasis_frederic.jpg
Frédéric Soulié s'applique à la finition de la tarte Laguna café sous le regard de François Raimbault
(photos Gérard Bernar)

Le Méridien Beach Plaza à Monaco. Buffet By L’Intempo

Image NOUVEAU. Depuis le 1er octobre, Le Méridien Beach Plaza a mis en place un nouveau concept intitulé « Buffet By L’Intempo ». Servi de 12h à 15h du lundi au samedi, il a été conçu et est réalisé par le chef Bernard Cuq et ses équipes. Chaque mois un thème différent sera proposé à la clientèle. Ce mois-ci, le potimarron et  les plats canailles tiennent la vedette.
Au menu, salades du marché, tourtes et quiches maison, verrines aux saveurs fraîches, un bar à soupe variant suivant les saisons et les savoureux « plats canailles du mois ». Enfin, en dessert, des entremets à la Française pour terminer sur une note sucrée !
Une animation culinaire sera réalisée chaque jour au « Live Cooking », orchestrée par le chef Emmanuel Lehrer.
45€, hors boissons.
22,50€ pour les enfants de 4 à 12 ans
et gratuit jusqu’à 4 ans.
(photo X)

Le Méridien Beach Plaza
22, avenue Princesse Grace – MC 98000 Monaco
Tél. +377 93 30 98 80

http://www.lemeridien.com/montecarlo

L’Argentin à Monte-Carlo. Business lunch

Image REPOSITIONNEMENT. Le Fairmont Monte-Carlo a souhaité se rapprocher du besoin de sa clientèle et de son avidité au temps gagné, en mettant en place, à compter du 1er octobre prochain, un concept original appelé « Business lunch ». Dans un premier temps, la voiture de l’hôtel va chercher le client ; sur place, au restaurant L’Argentin, un déjeuner lui est servi en 1 heure (44€ formules entrée, plat, café ou plat, dessert, café), faute de quoi le déjeuner lui est offert ! À l’issue du repas, le client est raccompagné à son bureau par un des voituriers de l’hôtel. Dans le cas où il préférerait être indépendant et viendrait en voiture, le parking lui sera offert.
Ici, la rapidité de service rime avec qualité. Du côté des assiettes, le chef exécutif Maryan Gandon a « voulu donner la parole au produit, qui sera essentiellement de saison ». Dans les propositions d’entrée, le jambon Jabugo, cohabite avec le saumon, fumé maison, et le foie gras de canard au Sauternes, le crémeux de potiron, émulsion de lait perlé à l'huile de noisette, mouillettes dorées et une salade de cocos frais aux aromates, escalope de ris de veau croustillante et jus réduit. Les plats, servis au guéridon, dans des cocottes en fonte, rappellent les chaleureux repas d’antan, pot au feu de bœuf (queue, macreuse, paleron, jarret, os à moelle) et légumes d'hiver, côte de cochon (fermier du Puy-en-Velay) et boudin cuit en cocotte aux deux pommes ; bouillabaisse de filets de poissons de la Méditerranée, croûtons et rouille safranée.
L’originalité est aussi présente avec une noix de Saint-Jacques, servie dans sa coquille, fermée d’une pince à linge (que vous conservez en souvenir) et qui renferme un risotto délicieux (carnaroli) au champagne, fricassée de cèpes. Les amateurs de verdure seront comblés avec les légumes de première cueillette, croquants, à l'embeurrée de truffe noire. Et si vous choisissez la formule avec dessert, cinq douceurs, choisies dans un répertoire classique, mais revisitées et présentées en verrines, opéra chocolat amer punché café, fraises Romanov, meringue et chantilly, millefeuille, mousseline vanille et caramel, mousse au chocolat « noir, lait, ivoire », savarin au rhum et à la crème onctueuse, crumble pomme poire au beurre demi-sel, sont proposées à volonté !
L’Argentin
Fairmont Monte-Carlo 12, avenue des Spélugues –Monaco
Tél. (377) 93 50 65 00

http://www.fairmont.com/fr/montecarlo
montecarlo@fairmont.com

En ouverture : Maryan Gandon, le chef exécutif

fairmont_saint_jacques.jpg
Noix de Saint-Jacques cuite en cocotte, à la pince, risotto carnaroli au champagne, fricassée de cèpes


fairmont_dessert.jpg
Mousse chocolat, noir, lait, ivoire

Millefeuille mousseline vanille et caramel

Savarin au rhum et à la crème onctueuse

(photos Gérard Bernar)


L’Oustaou de l’Isle à L’Isle-sur-la-Sorgue. La nouvelle collection gourmande est arrivée

Image CARTE. Isabelle, Sylvain Bourlet et toute leur équipe sont heureux de vous présenter des innovations dans un trio de menus à 28€, 38€ et 49,50€, avec des créations automnales très alléchantes : le pied de cochon déshabillé, les strates d’émincé de lapin confit, et la merveilleuse tuber aestivum déclinée en croquettes de bœuf ou avec des Saint-Jacques. Impossible ici d’énumérer toutes les nouveautés savoureuses de cette collection automnale. Alors, pourquoi ne pas aller goûter sur place et découvrir la collection dans son entier ?
Les prix des plats à la carte s’étalent entre 11€ et 26€.
Restaurant L'Oustau de l'Isle
147, chemin du Bosquet 84800 l'Isle-sur-la-Sorgue
Tél. (0)4 90 20 81 36.

contact@restaurant-oustau.com

En ouverture : Sylvain Bourlet, le chef de l’Oustaou de l’Isle (photo X)

La Manne Céleste à Mane. Providentielle !

Image AUBERGE. La Manne Céleste existe par les vœux de Charles Hyppolite de Brézillon, qui, sur son lit de mort en 1834, souhaitait qu’une auberge soit ouverte dans ce ravissant petit village du pays de Forcalquier. Sitôt dit, sitôt fait par le neveu du défunt. Depuis l’auberge prospère tout en ayant changé de propriétaires. Trois se sont succédé, dont Christophe Retord qui en est le dernier propriétaire. Il affiche un parcours professionnel atypique digne d’un passionné, d’abord compagnon du tour de France, puis joaillier. À ce moment, la quarantaine naissante, il prend un virage et achète la « Manne Céleste », part faire un stage pour apprendre à faire les pizzas et le voilà maintenant devant le four à bois à les concocter selon la tradition ancestrale, transmise en direct de l’Italie. En cuisine, Marie-Ange fait des clins d’œil à l’exotisme avec des plats thaïs, et remet à la mode les pieds et paquets, les harengs pommes à l’huile et les andouillettes grillées.
Les prix sont doux, ils oscillent entre 7€ et 18€, le vin peut-être consommé au verre. M.A
La Manne Céleste
Lieu dit le grand chemin
04300 Mane
Fermé le mardi soir et le mercredi.


En ouverture : Christophe Retord (photo Eliette Pascal)

La Bastide de Moustiers. La culture du produit

Image ART DE VIVRE. Au pied du village des faïenciers, La Bastide de Moustiers, l’auberge champêtre d’Alain Ducasse  coule des jours tranquilles. Dans ce havre de quiétude, Sarah Chailan, avenante général manager, et toute son équipe, s’emploient à vous faire passer d’agréables moments. Objectif réussi à tous les niveaux, de l’accueil au service d’une jeune équipe affable et efficace, jusqu’à la cuisine de Wilfrid Hocquet, simple, goûteuse et respectueuse du produit. Comment ne pas tomber sous le charme de cette déclinaison de tomates, fraîchement cueillies, ou comment ne pas apprécier cette poitrine de canard rôtie, côtes et verts de blettes, betteraves, radis et carottes du potager, soulignée d’un jus au thym ? Des propositions que vous ne retrouverez pas le lendemain, car les deux menus, Grisolière à 48€ et La Bastide à 68€ changent tous les jours. Qu’importe, le plaisir sera tout aussi grand la fois suivante, avec une grosse tranche d’aubergine poêlée à l’huile d’olive, caillé de chèvre, speck, salades et pignons dorés, un canon d’agneau des Préalpes à la sarriette, panisses et cœur de sucrine et une tarte aux pommes au miel de Moustiers !
La Bastide de Moustiers
Châteaux & Hôtels Collection. Chemin de Quinson 04360 Moustiers-Sainte-Marie
Tél.  (0)4 92 70 47 47

http://www.bastide-moustiers.com
contact@bastide-moustiers.com

En ouverture : le chef Wilfrid Hocquet

bastide_moustiers_tomates.jpg
La déclinaison de tomates, fraîchement cueillies


bastide_moustiers_canard.jpg
Poitrine de canard rôtie, côtes et verts de blettes, betteraves, radis et carottes du potager, jus au thym

(photos Gérard Bernar)

La Réserve à Nice. Toujours en vie à 130 ans !

Image CHEFS. Après Christophe Dufau, Fabrice Basiolo, David Zuddas et plus récemment Enrico Crippa, un 5e chef de renom, Éric Guérin, va investir les cuisines de la Réserve de Nice le mardi 23 septembre, pour déclencher un festival de saveurs en l’honneur des 130 ans de la Réserve de Nice.
Éric Guérin, invité par Jouni Törmänen, a fait ses classes chez les plus grands, de la Tour d’Argent à Taillevent en passant par le Jules Verne. Puis en 1995, il s’installe à St-Joachim (Loire-Atlantique) au cœur des marais de Brière, sur l’île de Fedrun où il obtient une-étoile Michelin® en 2000. À « La mare aux Oiseaux » il cuisine coloré, ludique et métissé, mêle la terre et la mer, les produits locaux et l’épice, le sucré, le salé… À Nice, il va vous surprendre avec sa cuisine inventive !  (Menu 200€ par personne, boissons comprises, à consulter dans la rubrique « agenda »).
Et la fête n’est pas terminée, puisque sont attendus Alexandre Gauthier « Auberge de la Grenouillère » à La Madelaine-sous-Montreuil (Pas-de-Calais) le 13 octobre, et à des dates à confirmer, William Ledeuil « Ze Kitchen Galerie » à Paris et Thierry Marx !
La Réserve
60, bd Franck Pilatte - 06300 Nice
Tél. (0)4 97 08 29 98 - (0)4 97 08 14 80

http://www.lareservedenice.com
contact@jouni.fr

En ouverture : Jouni Törmänen (photo Alain Hanel)

guerin_eric.jpgÉric Guérin
(photo Gérard Bernar)


Romano à Cassis. Carte blanche à Gabriel Degenne

Image OBJECTIF QUALITÉ. Non, ce n’est pas un restaurant italien, comme son nom pourrait le laisser croire. Jean-Luc Tabuto, le jeune propriétaire a mis tout en œuvre pour la réussite de son entreprise. La terrasse entièrement tournée vers le ravissant petit port de Cassis, est praticable même en hiver les jours de beaux temps. Jean-Luc aime que les choses qu’il entreprend aient un sens. Il tient cela de sa famille, qui lui a transmis la notion de culture d’entreprise. Il travaille d’ailleurs dans la structure familiale qui est très éloignée du monde de la restauration. Après quelques hésitations, il a réussi à réunir une équipe solidaire et très soudée. Le chef, Gabriel Degenne, découvert à Reims, a amené avec lui son équipe de cuisine. Il est maintenant non seulement le chef, mais aussi le directeur de la maison. Carte blanche lui a été donnée par Jean-Luc Tabuto, qui lui fait une totale confiance. Une espérance bien placée. La créativité de Gabriel s’étend sur un large registre. De l’artichaut violet aux mille feuilles de Saint Jacques, les plats sont raffinés, légers avec des mélanges aux saveurs originales. Une spécialité à ne rater sous aucun prétexte : le homard dans tous ses états. Nous l’avons demandé nature et franchement ce fut un vrai délice de fraîcheur et de simplicité. Superbe. Une atmosphère charmante qui laisse percer la philosophie insufflée par Jean-Luc Tabuto. Attentions discrètes, sens du contact et service impeccable. Une bien jolie adresse pour les urbains Marseillais qui aiment à venir flâner sur le port de Cassis.  La carte des vins met à l’honneur la région pour notre plus grand plaisir. M.A.
Romano
15, quai Jean-Jacques Barthélemy - 13260 Cassis
Tél. (0)4 42 01 08 16
Ouvert 7 jours sur 7. Fermeture 3e semaine de janvier

http://www.restaurant-romano.com

En ouverture : Gabriel Degenne, le chef et Jérôme, le maître d’hôtel devant une présentation de Saint Jacques (photo Magali Aimé)

Le Fémina à Marseille. Une institution qui perdure

Image COUSCOUS. C’est toute une histoire de famille, puisque depuis le 26 juillet 1921 se succèdent père et fils, aussi bien que mère et fille. C’est Mustapha Kachetel (36 ans) qui pour l’heure est aux commandes sous l’œil attentif de son père qui ne peut se passer de venir respirer l’air du « Fémina » et de la rue du musée au cœur du quartier Noailles. Depuis 87 ans, la famille Kachetel concocte du couscous sous toutes ses formes. Une spécialité à retenir, le couscous à la semoule d’orge. La transmission familiale se perpétue inlassablement pour le bonheur des amateurs du couscous originel. Avec ou sans brochettes, boulette et merguez, agneau, végétarien, couscous au poisson… Impossible de ne pas y trouver couscous à son goût. Quant à l’accueil, la famille Kachetel, n’a rien oublié de la culture kabyle et de son sens de l’hospitalité. Chaque client ici devient un ami. M.A.
Le Femina, chez Kachetel
1, rue du musée 13001 Marseille. Tél. (0)4  91 54 03 56
Fermé dimanche soir et lundi toute la journée.


Mustapha Kachetel et Daniel devenu client ami (photo Magali Aimé)

Le Passage à Aix-en-Provence. Doubles plaisirs

Image EXPOSITION.  Le restaurant ne cesse d’innover et redouble d’originalité pour rester attractif et ludique tout en préservant le pouvoir d’achat de ses clients. Des propositions alléchantes pour sortir sans se ruiner et pour cette rentrée, jusqu’au 31 octobre, une exposition de l’artiste peintre Mireille Dejasmin. Plaisir des yeux et plaisir gourmand se conjuguent agréablement. Menus « Trio » à 13€ avec une assiette gourmande (salade, viande ou poisson+ un verre de vin) du lundi au vendredi au déjeuner et « Duo » à 23€ avec une entrée + un plat ou un plat + un dessert + 1 bouteille de vin pour deux + café. M.A.
Le Passage
6, Rue Mazarine 13100 Aix en Provence
Tél. (0)4 42 37 09 00

http://www.le-passage.fr

Les Bacchanales à Vence. Comme à la maison

Image PASSION. Christophe Dufau a troqué son petit bistrot gourmet et sa cuisine exiguë de Tourrettes-sur-Loup pour une villa nichée dans la verdure, avec vue sur la chapelle Matisse et sur la tour crénelée de la cité médiévale. Mais il n’a pas changé ses – bonnes - habitudes de venir argumenter en salle son menu et partager sa passion, rentrant dans le détail d’élaboration des mets, justifiant ses choix. Sa cuisine est restée inventive, vive. Sa carte est à son image, chaleureuse, active, évoluant chaque semaine au rythme des marchés et de ses envies. La semaine passée, les sept plats proposés en trois formules (entrée, plat, fromage et dessert 50€ - entrée, poisson, viande, fromage et dessert 60€ - les 7 plats en menu dégustation 70€) étaient des odes à la nature, aux produits, chayotes du pays (cucurbitacée originaire du Mexique, cultivée notamment aux Antilles, mais également dans les régions méditerranéennes, à la chair ferme, riche en eau) en gremolata (fine panure noisettes, herbes, parmesan), girolles et chanterelles de montagne ; légumes confits à la graine de coriandre, cervelas de homard et sauce César ; saint-pierre de Méditerranée poché à basse température (cuisson parfaite) poivrons (des petits piments « padron » juste ramenés de Catalogne), tomate aux citrons confits et anis vert ; bœuf charolais français cuisiné de deux façons (joue braisée et filet poché) au persil plat, haricots verts de petits maraîchers et oignons grelot ; fromage frais de chèvre cendré du pic des Courmettes, confiture de figues de Belon ; composition de framboises du pays, betterave et rose rouge et millefeuille aux fruits de la passion et colombo, sorbet, cacao fort. 
Cerise sur le gâteau, l’accueil souriant de Sophie Dehouk, qui, une fois votre voiture garée sur le parking au milieu des statues monumentales et colorées de Paco Sagasta, se fera un plaisir de vous faire découvrir ce nouveau home plein de charme à la décoration contemporaine voluptueuse. 
Les Bacchanales
247, avenue de Provence à Vence
Tél. (0)4 93 24 19 19
Fermé le mardi et le mercredi.


En ouverture : Christophe Dufau (3e en partant de la gauche) avec son équipe

bacchanales_salle.jpg
La salle de restaurant


bacchanales_terrasse.jpg
La terrasse qui donne sur le jardin


bacchanales_plat1.jpg
Chayotes du pays en gremolata, girolles et chanterelles de montagne


bacchanales_plat2.jpg
Bœuf charolais français cuisiné de deux façons au persil plat, haricots verts de petits maraîchers et oignons grelot


bacchanales_plat3.jpg
Millefeuille aux fruits de la passion et colombo, sorbet, cacao fort

(photos Gérard Bernar)

Café de Paris à Monte-Carlo. Champignons au menu

Image CARTE. Du lundi 15 septembre au dimanche 28 septembre 2008, la carte du Café de Paris prend ses couleurs automnales et propose au déjeuner et au dîner une « carte champignons » (sanguins, cèpes, pleurotes, morilles) qui décline ces petites merveilles de saveurs dans une multitude de préparations toutes plus goûteuses les unes que les autres. Le chef Jacques Lambert et toute son équipe s’emploient à vous concocter des plats simples mais goûteux (à partir de 14€) avec ce produit exceptionnel et si parfumé qu’est le champignon : omelette aux sanguins et fines herbes ; gratin de cèpes persillés au léger sabayon de parmesan ; risotto aux cèpes et au safran ; fin ragoût de morilles et son mélange de tagliatelle et légumes croquants ; papillote de champignons sauvages frais à la provençale ; cappuccino de champignons des bois aux noix de Saint Jacques grillées ; millefeuille de pomme de terre aux cèpes et sa fricassée de girolles à l'essence de truffes ; cocotte de cèpes persillés et son foie gras de canard poêlé dans sons jus… (photo X)
Café de Paris
Place du casino à Monte-Carlo.
Tél. 377 98 06 76 23 ou 377 98 06 76 24


«  68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 »