20e année - N°805 - 25 juillet 2022

Balicco

Décès

Roger Vergé nous a quitté, une étoile s'éteint


Suite à une longue maladie, Roger Vergé est décédé dans la soirée du 5 juin, dans sa maison de Mougins qu'il aimait tant et ou il s'était retiré depuis quelques années.

Disparition de Roger Vergé


Le créateur du concept de la cuisine du soleil s'est éteint à Mougins à l'âge de 85 ans.

Saint André de Figuière. Décès d'Alain Combard


C'est avec une infinie tristesse que nous avons appris le décès d'Alain Combard, vigneron à la Londe-les-Maures, propriétaire du domaine de Saint André de Figuière et ancien président du Centre du rosé à Vidauban.

Adieu Brigitte


Notre consœur Brigitte Brunot s'est éteinte vendredi 7 février à 4h du matin, des suites d'une maladie qui la rongeait depuis de nombreux mois.

Disparition d'Odile Firmin-Guion


La directrice des relations publiques de l'hôtel Métropole Monte-Carlo s'est tuée accidentellement, mercredi 11 décembre dernier.

Adieu Geneviève


Responsable de la communication du Noga Hilton, depuis le début des années 1990, Geneviève de Caumont nous a quitté le vendredi 22 juillet dernier.

Hommage à Lucien Da Rold


Ce chef de cuisine et professeur de cuisine à l'école hôtelière de Grenoble et au lycée hôtelier de la rue de France à Nice, largement diplômé et honoré, est particulièrement cher à notre région.

Restaurant Cassini à Saint Martin du Var. Décès de Philippe Martin


C'est avec une infinie tristesse que le monde culinaire azuréen a appris la disparition du chef propriétaire du restaurant Cassini à Saint Martin du Var.

Décès d'Élie Mazot

Image
Une bien triste nouvelle est tombée en pleine période de fêtes. Élie Mazot, chef de cuisine pendant plus de 20 ans à la Chèvre d'or est décédé suite à une maladie.

Gaston Lenôtre. La disparition d’un grand monsieur

Image TRISTESSE. La grande famille de la gastronomie vient de perdre un de ses éminents membres. Gaston Lenôtre s’est éteint le jeudi 8 janvier 2009, à l'âge de 88 ans, des suites d'une longue maladie, dans sa maison de Sologne où il s'était retiré avec son épouse au début des années 1990.
La formidable histoire de ce jeune normand débute en 1920 à Saint-Nicolas-du-Bosc, petit village proche de Bernay. Né d’un père cuisinier et pâtissier, dont il porte le prénom, et d’une mère Éléonore, également cuisinière et pâtissière, il appréciera très vite les plaisirs du goût des produits authentiques dans la cuisine familiale. Modeste apprenti pâtissier à ses débuts en 1933 à Bernay, sa progression, due à une énorme capacité de travail et de maîtrise des secrets de fabrication, est fulgurante. Avec son épouse, il ouvre sa première pâtisserie à Pont-Audemer. Il inculque un nouvel esprit en pâtisserie aux côtés d’une nouvelle génération de cuisiniers, Paul Bocuse, les frères Troisgros, Michel Guérard et Roger Vergé. Succès aidant, il s’installe à Paris en 1957, au 44 de la rue d'Auteuil, puis à Boulogne-sur-Seine en 1966. À l’étroit, il transfère en 1968 les activités de fabrication à Plaisir dans les Yvelines, où les laboratoires de recherche et de production sont réunis sur un seul site. Sa vie est une véritable « success story » à la française, avec la création de l’école Lenôtre (1971), sa seconde famille, la prise en concession du Pré Catelan (1976), l’un des hauts lieux de la gastronomie française, la prospérité de ses activités de traiteur, l’ouverture de multiples boutiques à l’étranger, l’arrivée d’Accor dans le capital Lenôtre (1985) et son expansion sur la scène internationale.
« Nous avons perdu un père et un ami qui laissera une formidable empreinte au sein de la profession, en France comme à l'international. Il nous a transmis l'exigence, le partage du savoir, le  goût du beau et du bon. L'ensemble des 1 200 collaborateurs de la maison Lenôtre, ainsi que Gilles Pélisson au nom du groupe Accor, se joignent à moi pour présenter à sa famille nos plus sincères condoléances » déclare Patrick Scicard, président du directoire Lenôtre. « Il faut continuer à faire rayonner cette marque française dans le monde. C’est le meilleur hommage que l’on pourra rendre à Gaston Lenôtre » reconnaît Philippe Joannès, MOF, directeur régional Lenôtre Côte d’Azur.
Le nom de Gaston Lenôtre restera gravé à jamais au panthéon de la gastronomie, auprès d’Antonin Carême, Jules Gouffé, Chiboust…

En ouverture : Gaston Lenôtre (photo X)

lenotre_joannes_finon.jpg
Gaston Lenôtre en compagnie de Philippe Joannès, MOF, directeur régional Lenôtre Côte d’Azur et d’Eric Finon, chef de cuisines Lenôtre Côte d’Azur, lors de sa venue aux Étoiles de Mougins en septembre 2006, à l’occasion de l’hommage rendu à son ami Roger Vergé

(photo Gérard Bernar)

Décès de Paul Léaunard

Image TRISTESSE. La grande famille de la sommellerie et de la gastronomie est affligée, car elle vient de perdre un grand monsieur, en la personne de Paul Léaunard, décédé mardi dernier. Président d’honneur de l’association des sommeliers Alpes-Marseille-Provence, qu’il avait fondée et dirigée, propriétaire du restaurant « La Côte de Bœuf » à Marseille et d'une des cartes de vins les plus complètes du monde, référencée au Guiness book, sommelier animateur de la rubrique vins de l’émission télévisée France3 Méditerranée « La cuisine d’à côté », Paul Léaunard (notre photo X prise lors d’un des derniers enregistrements), le grand défenseur de la viticulture provençale, restera longtemps dans la mémoire de tous ses amis, pour sa gentillesse et sa bonne humeur.
Les présidents des associations de sommeliers des différentes régions françaises étaient présents à son enterrement samedi, ainsi que tous ses amis (personnalités diverses et sommeliers marseillais), dont Philippe Faure-Brac (meilleur sommelier du Monde 1992) et Jean-Pierre Foucault.

Gisèle Marguin et Brigitte Leloup ont tenu à rendre hommage à Paul Léaunard
leaunard_marguin.jpg
Paul,
Aujourd’hui tu es parti, nous laissant orphelins.
L’association des sommeliers Alpes Marseille Provence que tu as fondé en 1993,  et dont tu m’as confié la présidence en 2004, «  ton bébé » comme tu te plaisais à dire, vient de perdre son président d’honneur.
Tu as marqué de ton empreinte l’ASAMP mais aussi  l’UDSF et  le monde de la sommellerie.
Tu avais la passion à défendre nos vignerons et promouvoir la Provence et  ses vins, tu en parlais avec amour, doué d’un verbe qui n’appartenait qu’à toi.
Tu avais, à force de travail et de persévérance acquis un savoir extraordinaire, ta compétence dépassait largement la Provence.
Et puis il y a ta personnalité, tes moustaches légendaires, ton regard d’azur malicieux, cette truculence, ta générosité, ton amitié, toujours un mot pour chacun d’entre nous.
Aujourd’hui tu as rejoint les vignes du Seigneur. Ils t’ont vu arriver avec ta tenue de sommelier et ta grappe doré dont tu étais si fier.
Paulo, nous t’aimions tant, tu nous manques déjà, aide nous à donner sans rien attendre en retour.
Tu as dû retrouver Daniel, Jean-Marie, Gérard, Bernard, Guy, dis leur que vous resterez  toujours dans nos cœurs, avant que l’on vous rejoigne.
Notre président national Serge Dubs, à des milliers de kilomètres, n’a pu être présent à tes obsèques, il en est profondément désolé.
Tous les membres de l’ASAMP de l’UDSF réunis adressent leurs sincères condoléances à ta fille Laure, à Suzel, à tes parents, si dignes dans cette douleur injuste, à ton équipe fidèle de la « Côte de Bœuf », à tous ceux qui t’ont aimé. Nous leur adressons nos pensées attristées et les  assurons de notre grand respect.
Gisèle Marguin
Présidente association des sommeliers Alpes Marseille Provence

leaunard_leloup.jpg
Il était l’ami de tous les sommeliers, l’ami du vin, il était mon ami. La joie de vivre et la galéjade étaient son quotidien. Il nous a fait une dernière mauvaise blague en nous quittant.
Son sourire, sa bonne humeur et sa gentillesse nous manquent déjà.
Au revoir Paul, n’oublie pas de nous garder une petite place pour ta prochaine dégustation à la cave centrale du Paradis.

Brigitte Leloup
Vice-président association des sommeliers d’Europe

Au revoir, Dario

Image La Fondation musée Auguste Escoffier est en deuil. Notre président, Dario dell’Antonia, s’est éteint dans la nuit du 12 au 13 janvier dernier.
La nouvelle est tombée dimanche 13 janvier, dans l’après-midi : Dario dell’Antonia nous a quittés alors que nous attendions son retour avec impatience. Emporté, alors qu’il luttait de toutes ses forces contre une longue maladie.  Les obsèques ont été célébrées mercredi 16 janvier, à 10h30,  à l’église Sainte Dévote de Monaco et ont été suivies d’une crémation dans la stricte intimité familiale. Ni fleurs ni couronnes.
Chevalier de l’Ordre National du Mérite, Chevalier de l’Ordre de Saint Charles, Cavaliere dell’Ordine  del’Merito de la République Italienne, Dario dell’Antonia était un homme discret, humain et généreux, attentionné envers son personnel, respectueux de ses engagements, à l’image d’Auguste Escoffier.
Il avait été porté à la présidence de la Fondation Auguste Escoffier en 2002 à la suite d’une prestigieuse carrière dans le domaine de l’hôtellerie restauration et du tourisme. Il a ainsi été successivement Directeur du Grand Hôtel  à Paris, Directeur Général de la SBM de Monaco, Directeur de l’Hôtel de Paris à Monaco, Directeur du Tourisme à Cannes puis Directeur Général du Tourisme à Monaco et Président de l’European Hotel Managers Association (EHMA).
Ces dernières années, Dario dell’Antonia aimait dans ses temps libres cultiver avec passion son jardin secret peuplé de fleurs dans un coin de paradis de Cabris aux côtés de son épouse Marion. La Fondation musée Auguste Escoffier lui doit, en concertation avec son équipe, la modernisation et la visibilité du musée Escoffier ainsi que l’organisation de grandes manifestations, expositions et colloques internationaux. Anne Sallé
(photo Gérard Bernar)
«  1 2