16e année - N° 692 - Du 24 au 30 juin 2019.

Balicco

Concours fromager des Alpes-Maritimes à Gourdon. Les réflexions de Robert Bedot

Concours fromager des Alpes-Maritimes à Gourdon. Les réflexions de Robert Bedot

Le 30 mai dernier, après les dégustations, le jury a livré le palmarès de cette vitrine de la production fromagère 100 % fermière, présidée cette année par Christophe Billau, chef étoilé Michelin de l’auberge Quintessence à Roubion. 

En ouverture : Christophe Dufau, membre du jury, durant les dégustations

DIVERSITÉ. « Nous avons fait tous ensemble un très beau concours grâce à la qualité de l'accueil de la municipalité de Gourdon, du jury "trié sur le volet" et surtout de la qualité globale des fromages fermiers des Alpes-Maritimes qui, au fil des années, ne cesse de progresser. Seul bémol, la dimension de la salle (un peu étroite) qui a créé un bruit de fond quelque peu gênant. C'est le seul point légèrement négatif.

À titre personnel, ayant sillonné durant quarante ans la région en particulier ses 6 départements, la France fromagère, voire quelques autres pays, je n'ai pas le sentiment que l'on fasse mieux ailleurs.
Bien évidemment, il existe des fromages d'exception un peu partout dans l'Hexagone qui ont leur particularité et leur typicité propres, mais par sa configuration géographique spécifique et ses altitudes très variables, le département des Alpes-Maritimes propose une diversité unique avec souvent des savoir-faire très anciens.
Difficilement, mais avec acharnement, les productions fermières des Alpes-Maritimes se maintiennent tant en nombre qu'en variétés. Cependant  les exploitations qui se transmettent et les jeunes qui s'installent avec leur lot d' enthousiasme et de créativité, nous laissent espérer que, collectivement, nous pourrons résister au rouleau compresseur de l'industrie laitière et ses infâmes productions standardisées qui, sans état d'âme utilisent du lait à très bas coût, qui peut, par exemple, provenir des pays de l'Est ou sous forme de poudre s'il vient de Chine et bientôt d'Inde. Le tout avec des noms pompeux ou évocateurs sur leur emballage, avec des trombines de moine ou des paysages bucoliques en illustration, pour laisser supposer au consommateur qu'ils sont le fruit de nos campagnes ou de nos ordres monastiques. Une vraie escroquerie jamais condamnée par les pouvoirs publics, surtout pas par les lobbys laitiers et par une Europe administrative plutôt laxiste sur ces points, alors qu'elle impose des normes draconiennes aux producteurs fermiers et de nouvelles contraintes pour le lait cru, qui vont créer un sentiment de risque pour les enfants dont la première nourriture est précisément le lait "cru" de leur mère. Comprenne qui voudra !
Grâce à la taille des exploitations et la configuration géographique compliquée, le risque d'implantations industrielles est quasi nul chez nous. Reste à convaincre un plus grand nombre de consommateurs à suivre les panneaux "fromages fermiers" sur le bord des routes ou de retrouver ces derniers sur nos marchés et, bien sûr, chez les fromagers authentiques et les vrais restaurateurs, qui ont fait le choix de bannir toute production industrielle de leurs boutiques et de leurs plateaux de fromage.
 Un point très positif : le bassin de population et de touristes des Alpes-Maritimes très conséquent, permet aux fermiers d'écouler sans difficultés particulières leurs productions ».

Robert Bedot
Maître fromager. Commissaire du concours. Union des fromagers de PACA

(photos Gérard Bernar)

Publié le 10 juin 2019

Télécharger : CONCOURS_FROMAGER_ALPES-MARITIMES_2019_PALMARES.pdf

Nos Dernières Actualités

Komo à Monaco. L'alchimie parfaite

Dans le quartier de la Condamine, l'addition de noms prestigieux de la gastronomie internationale, Mauro Colagreco et Pierre Hermé, et de leur savoir-faire, façonne un nouveau concept imaginé par Laurent Kostenbaum.

Rosés. Millésime 2018

« Quand on pense vin rosé, on pense à une couleur pâle, des glaçons, l’apéro, l’été, les repas entre amis. Cette vision est juste mais quelque peu réductrice. Aujourd’hui le rosé est à la convivialité ce que le champagne est à la fête » soutient Christian Scalisi, maitre sommelier de l’Union de la sommellerie française.

Hôtel de Paris Saint-Tropez. Suggestions culinaires 100 % végétales

En recrutant Damien Cruchet, ancien de l'hôtel Negresco à Nice, le chef exécutif Pierre-Alain Garnier s'entoure d'une personnalité créative férue de cuisine vegan.

Marseille Provence gastronomie 2019. Le plus grand cours de cuisine étoilé au monde à Marseille donné par Lionel Lévy

Donner un cours de cuisine à un millier de personnes en même temps : c’est le défi un peu fou que relèvera Lionel Levy le 28 juin prochain, à l'occasion de l’année de la gastronomie en Provence (MPG2019).