21e année - N°893 - 24 juin 2024

Balicco

Malongo. 3 questions à Jean-Pierre Blanc


Le commerce équitable, partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés. Des valeurs et un engagement que défend Malongo depuis 1992.


En ouverture : Jean-Pierre Blanc, directeur général de Malongo

• Quel est votre objectif au niveau du commerce équitable ?
Nous sommes le premier opérateur historique depuis 1992 à être engagé aux côtés des coopératives, et nous sommes également les premiers en termes de parts de marchés avec 9,8 millions d'euros d'achat en valeur. Notre ambition est de poursuivre ce développement et de travailler de plus en plus avec les coopératives en Amérique Centrale, en Asie et en Afrique. Le commerce équitable nous permet de nous engager au côté des petits producteurs et leur garantir un prix minimum et ainsi leur donner la possibilité d'exister dignement. En plus de l'achat des cafés  nous entretenons des liens basés sur le long terme avec nos coopératives partenaires et notamment à Sao Tomé depuis l'année dernière, où nous avons passé un partenariat entre l'état de Sao Tomé, le Fida et l'agence française de développement sur 6 ans pour la relance de la  filière café. L'objectif est d'atteindre d'ici 2016 une capacité d'exportation de 300 tonnes de café. Nous procédons ainsi également au Laos, à Haïti et au Mexique pour la mise en place de projets de diversification économique.

• Comment choisissez-vous vos producteurs ?

Nos producteurs doivent respecter un cahier des charges précis et nous choisissons nos crus de cafés verts en privilégiant les plantations d'altitude, sous ombrage et dont les récoltes sont réalisées à la main, en plusieurs passages. Les qualités importées sont en majorité des arabicas. Quel que soit le fournisseur, nous mettons en place une collaboration de long terme et nous nous rendons régulièrement dans les pays producteurs afin de consolider nos liens avec les plantations. Ainsi nous sommes un des rares à aller aussi loin et bien en amont dans la chaîne, nous savons d'où ils viennent, sans pesticide et entièrement bio.

• Quels sont vos projets pour les années à venir ?
Continuer à augmenter les ventes aux professionnels et aux particuliers, l'optimisation des emballages et continuer à développer des liens privilégiés avec les pays producteurs. Développer nos boutiques et plus tard créer des franchises.

(photo X)

Nos Dernières Actualités

BASTIDE DES MAGNANS À VIDAUBAN. La reconnaissance… enfin !

Depuis des lustres, le restaurant de Christian Bœuf était ignoré par le guide rouge. Miracle, il fait partie des 12 nouveaux restaurants qui entrent en juin 2024 dans la sélection France, sur le site et sur l'application mobile du guide.

LE MAS CANDILLE À MOUGINS. La renaissance d’un hôtel iconique

L’entrepreneur Jean-Philippe Cartier et la famille Courtins-Clarins sont tombés sous le charme de ce lieu magique et se sont donc associés afin de repenser cet hôtel emblématique et redonner son éclat à cet écrin.

LA PAILLOTE À SAINT-MANDRIER. La nouvelle adresse estivale de la famille Giol

Producteur de coquillages dans la baie de Tamaris à La Seyne-sur-Mer, la famille Giol fait vivre cet été La Paillote sur la plage de la Coudoulière à Saint-Mandrier.

MARSEILLE PROVENCE GASTRONOMIE. L’appel du large

C’est sur la Digue Sainte-Marie, plus communément connue sous le nom de Digue du large que résidents comme voyageurs de tous horizons sont conviés à goûter aux joies de la 2e édition.

Nos Dernières Actualités