16e année - N° 692 - Du 24 au 30 juin 2019.

Balicco

Vins de Provence : de belles vendanges et un volume global estimé en hausse

Vins de Provence : de belles vendanges et un volume global estimé en hausse

Les vendanges touchent au but dans les secteurs les plus reculés de la Provence tandis qu’elles sont maintenant achevées dans le reste du vignoble. L’état sanitaire du raisin est excellent et les volumes, en dépit de certaines disparités, font revoir les prévisions à la hausse.

Le calendrier des vendanges confirme que 2018 aura été vraiment une année atypique en Provence, avec une récolte très étalée dans le temps. Alors que c’est déjà terminé dans une partie du vignoble, les secteurs les plus tardifs, localisés dans l’arrière-pays provençal, ont encore environ une semaine de vendanges devant eux.

DES VENDANGES MENÉES DANS DES CONDITIONS IDÉALES…
Après une année très pluvieuse, les vendanges ont démarré fin août dans des conditions météorologiques exceptionnelles. Le mois de septembre a offert au vignoble des alternances optimales d’après-midi ensoleillées et de nuits fraîches pendant lesquelles les températures sont descendues sous la barre des 10° C. Résultat : un état sanitaire du raisin excellent, favorisé aussi par un mistral bienvenu et l’absence de précipitations.

… QUI PERMETTENT UN PILOTAGE OPTIMAL, GAGE DE QUALITÉ DES VINS
Les excellentes conditions météorologiques et sanitaires depuis août ont permis aux producteurs d’étaler les vendanges dans la durée pour patienter jusqu’à la fin des maturités, quasiment à la parcelle près. On peut ainsi s’attendre à une récolte très qualitative.

DES DISPARITÉS VOLUMIQUES MAIS DES RÉSULTATS GLOBAUX EN HAUSSE
Les premiers retours montrent à la fois des secteurs en progression (dans les Bouches-du-Rhône ou le littoral notamment) et d’autres en retrait (dans le Centre-Var). S’il est encore un peu tôt pour les certitudes, la tendance globale, dans l’attente des secteurs les plus tardifs (comme dans l’arrière-pays varois), incline tout de même vers des résultats un peu supérieurs à ceux de l’an passé. Mais il faudra les déclarations de récolte d’ici deux mois pour en avoir la confirmation définitive.

(photos Cédric Skrzypczak - CIVP)

Publié le 22 octobre 2018

Nos Dernières Actualités

Komo à Monaco. L'alchimie parfaite

Dans le quartier de la Condamine, l'addition de noms prestigieux de la gastronomie internationale, Mauro Colagreco et Pierre Hermé, et de leur savoir-faire, façonne un nouveau concept imaginé par Laurent Kostenbaum.

Rosés. Millésime 2018

« Quand on pense vin rosé, on pense à une couleur pâle, des glaçons, l’apéro, l’été, les repas entre amis. Cette vision est juste mais quelque peu réductrice. Aujourd’hui le rosé est à la convivialité ce que le champagne est à la fête » soutient Christian Scalisi, maitre sommelier de l’Union de la sommellerie française.

Hôtel de Paris Saint-Tropez. Suggestions culinaires 100 % végétales

En recrutant Damien Cruchet, ancien de l'hôtel Negresco à Nice, le chef exécutif Pierre-Alain Garnier s'entoure d'une personnalité créative férue de cuisine vegan.

Marseille Provence gastronomie 2019. Le plus grand cours de cuisine étoilé au monde à Marseille donné par Lionel Lévy

Donner un cours de cuisine à un millier de personnes en même temps : c’est le défi un peu fou que relèvera Lionel Levy le 28 juin prochain, à l'occasion de l’année de la gastronomie en Provence (MPG2019).