20e année - N°809 - 19 septembre 2022

Balicco

Star clippers. Embarquement immédiat pour une croisière gastronomique


C’est à bord d’un superbe voilier (clipper), des Caraïbes aux Antilles, des Bahamas aux îles grecques, en Méditerranée ou en transatlantique… que navigation, découverte et gastronomie se conjuguent.


En ouverture : 5 000 m2 de voilure pour le Royal Clipper déployés sur 5 mats hauts de 54 m.  Il accueille 227 passagers, pas un de plus

Au 19e siècle, les clippers assuraient la liaison entre les pays scandinaves et l'Amérique du Nord. On les appelait alors « les lévriers des mers ». Dans les années 80, Mikael Kraft, suédois et homme d'affaires, eut la bonne idée de reproduire à l'identique ces superbes voiliers pour les reconvertir à la croisière. Un sacré pari à l'époque, la tendance étant plutôt aux « usines flottantes à touristes »  charriant des milliers de passagers qu'aux grands voiliers, fussent-ils de la plus belle espèce.
30 ans plus tard, pari gagné - le premier Star Clipper a été suivi de deux autres bateaux dont un Royal Clipper. Si les « immeubles qui naviguent sur l'eau » font toujours recette, les vrais amoureux de la mer préfèrent ces grands voiliers.

Des navires majestueux

134 mètres de long, 4 mats, 3 365 m2 de voilure pour le Star Clipper. Des passagers venus de tous horizons, puisque sur les 170 personnes à bord, on compte près de 16 nationalités différentes. En 30 ans d'activité, le bouche à oreille a ainsi fait le tour du monde.

Colonnades et nappes blanches, la salle à manger du Royal Clipper s'est offert un décor très kitsch mais éminemment savoureux.


Un défi gastronomique
Ce melting pot de nationalités implique une multiculture et surtout des habitudes culinaires et gastronomiques différentes. Voilà une gageure pour les chefs : comment harmoniser les menus pour satisfaire autant de papilles différentes ? « Un vrai casse-tête » admet Anna Lang, directrice de l'animation à bord du Star Flyer.
La solution « grand buffet » pour le repas de midi s'est vite avéré la meilleure. « Oui, mais nous avons toujours voulu faire mieux qu'un simple buffet » explique un des officiers du bord. « Nous souhaitions chaque jour offrir des spécialités différentes, des plats bien cuisinés. Un buffet peut tout à fait être gastronomique, et nous avons voulu le prouver ». Sur ce plan-là, le pari est encore gagné. Chaque midi, un chef prépare, devant les convives attentifs, un plat spécifique qui va s’ajouter à la myriade de mets proposés. Ces plats sont essentiellement issus des traditions locales des pays accostés. Recettes harmonisées évidemment, avec les vins du pays en question. Le tout mis en scène de façon ludique, et festive. Dans la salle à manger règne une ambiance chaleureuse, gourmande, curieuse et décontractée. Le soir  à l’heure du dîner, on retrouve le charme de la tradition. Ambiance et atmosphère plus feutrées et plus sophistiquées. Le service se fait à table sous l’œil attentif d’un personnel aimable et très détendu.

Cuisine de tous les pays pour une croisière très cosmopolite

Côté dessert, préférez les fruits sculptés aux pâtisseries. Les pâtisseries pour nos papilles françaises sont le maillon faible. Si nous ne raffolons pas de ces gros gâteaux roses, glacés, crémés et hyper sucrés, personne ne vous obligera à avaler ces gâteaux d'opérette ! D'autres choix plus raffinés sont tentants, comme les cavalcades de fruits frais merveilleusement présentés et accommodés (ananas, mangues, melons, pêches, raisins, fruits rouges,...). Si 40 litres de glaces sont consommés chaque semaine par les passagers, des centaines de kg de fruits et légumes frais sont embarqués aux escales hebdomadaires. Comme quoi le « French cooking », si prisé à bord, n'a pas réussi encore à s'imposer à la pâtisserie !
Pas de mal de mer à craindre, un astucieux système anti-roulis mis au point en Hollande assure aux hôtes des clippers un confort maximum. Qu'il pleuve ou qu'il vente - ce qui peut arriver – la salle du restaurant ne désemplit pas ! On aime son décor un peu kitch, ses tables nappées de blanc immaculé, ses serveurs philippins pour la plupart, joyeux et attentionnés.

Une âme d'aventurier
S'embarquer sur un clipper c'est un peu donner vie à ses rêves d'enfant. Bluffé par leur beauté, leur élégance, on se sent une âme d'aventurier prêt à cingler toujours vers de nouvelles terres. C'est possible, car chaque année de nouveaux itinéraires se greffent aux précédents. Une aubaine pour les récidivistes dont certains en sont à leur septième croisière à bord. L'un d'eux m'a d'ailleurs confié  «  Soyez gentille, ne parlez pas trop des clippers, ne leur faites pas trop de publicité, il faut que ça reste entre nous ».
Je vous invite à naviguer sur leur site pour tout savoir sur les itinéraires (hiver/été 2010-2011), les tarifs, les réductions à certaines dates et les nouveautés, notamment le Costa Rica et le canal de Panama, dès que les clippers auront rejoint, depuis Rome et Athènes, leur base hivernale dans les Grenadines. M.A. - CHL.Com

À partir de 1640€ par personne pour les îles au vent, 8 jours
À partir de 4 309€ par personne pour le tour de Méditerranée, 13 jours.

http://www.starclippers.com
info.monaco@starclippers.com

(photos Christine Letellier)


Nos Dernières Actualités

Les fêtes gourmandes Escoffier à Villeneuve-Loubet. Bruno Cirino, parrain de l’édition 2022

Villeneuve-Loubet célèbre son illustre chef, les 24 et 25 septembre. Artistes, musiciens, comédiens et bien sûr, chefs cuisiniers, se rassemblent pour fêter la gastronomie et l’art de vivre.

Les étoiles de Mougins. Retour sur images de la 1re journée

C’est un Jacques Maximin rayonnant qui s’est prêté à de très nombreuses sollicitations (photographies, dédicaces, interviews, conférence…), toujours dans la bonne humeur.

Foire internationale de Marseille. La foire vous régale

jours, du 23 septembre au 3 octobre 2022, le parc Chanot devient le plus grand restaurant de la région.

Restaurant Le K. Îlot du golf**** à Mandelieu-La Napoule. Sur un air d’Italie

Raffaele Fontana, le chef de l’hôtel 4 étoiles du groupe La Tour Collection, franchisé Best Western Premier Collection, ne renie pas ses origines transalpines, mais se singularise par une cuisine qu’il qualifie de fusion.