16e année - N° 692 - Du 24 au 30 juin 2019.

Balicco

Clos des Roses à Fréjus. Art, vin et gastronomie

Image
Le domaine viticole de la famille Barbero continue à accueillir des expositions d’artistes dans son caveau de dégustation. Une amorce intéressante pour découvrir la table d’hôtes de « La Bastide du Clos ».

 


PLAISIRS.
À l’occasion du vernissage de la nouvelle exposition consacrée à un peintre local, Éric Gaussens, (elle dure jusqu’au 31 août), les invités présents ont pu découvrir des tableaux mêlant le numérique et la peinture, mixage d’images, de graphismes (motifs d’aborigènes australiens), d’émotions… Mais les plus hédonistes d’entre eux ont prolongé la soirée, à quelques mètres, sur l’agréable terrasse de la table d’hôtes de « La Bastide du Clos », pour apprécier d’autres plaisirs, avec les vignes en toile de fond.
Ouverte depuis un mois, cette table semble avoir déjà trouvé ses marques (voir email-gourmand n°242 du 27 juillet 2009). L’accueil est prévenant, le service courtois et efficace. Les larges baies vitrées laissent entrevoir la cuisine, la finition des plats et le dressage des assiettes. Le chef Julien Ragusa, en maître de ballet, règle les derniers détails avant l’envoi en terrasse. Les mets, différents chaque jour et proposés en suggestions le soir, sont travaillés à l’instinct, suivant le marché, par le chef et sa petite et efficiente brigade « thon planché et mariné à l’huile de basilic, pointes d’asperges » (18€), « marinière de coques et clams, jeunes poireaux et pois frais » (17€), « camerone rôtie, pointes d’asperges, pois gourmands » (28€), « suprême de canette, céleri caramélisé et tombée de pleurotes à la cive du pays » (26€), « salade d’agrumes et financier » (7€)… Le résultat est concluant, tant sur la qualité des produits, que sur les cuissons, le côté gustatif et l’aspect visuel. Une des très belles satisfactions de cet été, à savourer dans la quiétude des lieux, loin du tumulte estival des bords de mer.
La prochaine exposition, qui prendra le relais jusqu’au 30 septembre, sera consacrée au peintre contemporain Théo Tobiasse. Le vernissage est prévu le vendredi 4 septembre, à partir de 18h.
Durant le mois de septembre, le domaine propose également des week-ends et séjours autour de la thématique des vendanges. Contact Sigrid Rinsma (0)6 34 17 15 07

Clos des Roses
La Bastide du Clos. Demeure et table d’hôtes
Lieu-dit Sainte Brigitte- RD 37 Route de Bozon - 83600 Fréjus
Tél. (0)4 94 53 32 31
La Table du Clos est ouverte tous les jours, midi et soir, sauf le lundi.

http://www.closdesroses.com  
info@closdesroses.com

En ouverture : Laurence Barbero en compagnie de l’artiste Eric Gaussens (photo Gérard Bernar)

la_table_du_clos_thon.jpg


















Thon planché et mariné à l’huile de basilic, pointes d’asperges (photo Michelle Bernar)
la_table_du_clos_camerone.jpg













Camerone rôtie, pointes d’asperges, pois gourmands (photo Gérard Bernar)
la_table_du_clos_soupe_agrumes.jpg













Salade d’agrumes et financier (photo Michelle Bernar)

Nos Dernières Actualités

Komo à Monaco. L'alchimie parfaite

Dans le quartier de la Condamine, l'addition de noms prestigieux de la gastronomie internationale, Mauro Colagreco et Pierre Hermé, et de leur savoir-faire, façonne un nouveau concept imaginé par Laurent Kostenbaum.

Rosés. Millésime 2018

« Quand on pense vin rosé, on pense à une couleur pâle, des glaçons, l’apéro, l’été, les repas entre amis. Cette vision est juste mais quelque peu réductrice. Aujourd’hui le rosé est à la convivialité ce que le champagne est à la fête » soutient Christian Scalisi, maitre sommelier de l’Union de la sommellerie française.

Hôtel de Paris Saint-Tropez. Suggestions culinaires 100 % végétales

En recrutant Damien Cruchet, ancien de l'hôtel Negresco à Nice, le chef exécutif Pierre-Alain Garnier s'entoure d'une personnalité créative férue de cuisine vegan.

Marseille Provence gastronomie 2019. Le plus grand cours de cuisine étoilé au monde à Marseille donné par Lionel Lévy

Donner un cours de cuisine à un millier de personnes en même temps : c’est le défi un peu fou que relèvera Lionel Levy le 28 juin prochain, à l'occasion de l’année de la gastronomie en Provence (MPG2019).