16e année - N° 692 - Du 24 au 30 juin 2019.

Balicco

Challenge des chefs étoilés au Grand-Bornand. Édouard Loubet garde le trophée


La coutume, bien installée, veut que le vainqueur du dernier challenge en date choisisse la station d’accueil du prochain. Arrivé en tête de la course l’hiver dernier à L’Alpe-d’Huez, Édouard Loubet, chef de « La Bastide de Capelongue » - deux étoiles Michelin - dans le Luberon, rêvait de voir cette 5e édition se disputer dans ses chères montagnes des Aravis…


En ouverture : Édouard Loubet et le trophée, œuvre de Pierre Margara



COMPÉTITION.
Un vœu désormais exaucé, doublé d’un record pour cette édition bornandine qui aura réuni plus d’une quarantaine de chefs à skis. Du jamais vu depuis la création de ce rendez-vous vitrine de l’exception gastronomique française.
Profitant de conditions de rêve - neige fraîchement tombée et soleil radieux – les chefs auront, avant même de chausser les skis, enchaîné les temps de convivialité avec, pour fil rouge, la découverte des produits du terroir. Après une dégustation des vins de Savoie en présence des vignerons mardi soir, c’était au tour des producteurs de reblochon fermier, fleuron de la production agro-pastorale locale, d’entrer en scène lors du dîner officiel concocté par Édouard Loubet en personne, secondé pour l’occasion par les restaurateurs du Grand-Bornand.
De quoi recharger les batteries avant la compétition de ski du lendemain, disputée au sortir d’un petit-déjeuner marqué, cette fois, par la présence des boulangers du cru venus proposer à la dégustation leurs plus singulières spécialités, à l’image du fameux bescoin.
Au final, c’est donc Édouard Loubet, d’autant plus motivé qu’il courait, pour ainsi dire, à domicile et coaché par Tessa Worley, championne du monde 2013 de slalom à la tête de l’escadron de champions du Grand-Bornand, qui s’est imposé en décrochant le meilleur temps au classement généraldevant Christophe Aribert, arrivé 2e, et Emmanuel Renaut, chef 3 étoiles des « Flocons de Sel », à Megève, classé 3e.
Il conserve ainsi le trophée, véritable dentelle de marbre née de l’imagination du sculpteur Pierre Margara, et aura donc à nouveau l’insigne honneur d’œuvrer aux destinées de l’événement l’hiver prochain, en commençant par désigner sa nouvelle terre d’accueil...



(photos J.M. Favre)

Publié le 20 avril 2015

Nos Dernières Actualités

Komo à Monaco. L'alchimie parfaite

Dans le quartier de la Condamine, l'addition de noms prestigieux de la gastronomie internationale, Mauro Colagreco et Pierre Hermé, et de leur savoir-faire, façonne un nouveau concept imaginé par Laurent Kostenbaum.

Rosés. Millésime 2018

« Quand on pense vin rosé, on pense à une couleur pâle, des glaçons, l’apéro, l’été, les repas entre amis. Cette vision est juste mais quelque peu réductrice. Aujourd’hui le rosé est à la convivialité ce que le champagne est à la fête » soutient Christian Scalisi, maitre sommelier de l’Union de la sommellerie française.

Hôtel de Paris Saint-Tropez. Suggestions culinaires 100 % végétales

En recrutant Damien Cruchet, ancien de l'hôtel Negresco à Nice, le chef exécutif Pierre-Alain Garnier s'entoure d'une personnalité créative férue de cuisine vegan.

Marseille Provence gastronomie 2019. Le plus grand cours de cuisine étoilé au monde à Marseille donné par Lionel Lévy

Donner un cours de cuisine à un millier de personnes en même temps : c’est le défi un peu fou que relèvera Lionel Levy le 28 juin prochain, à l'occasion de l’année de la gastronomie en Provence (MPG2019).