16e année - N° 654 - Du 17 au 23 septembre 2018
 

Newsletter

Iphone

L'agenda


Un début d’année qui n’a épargné personne ! Violence, barbarie, horreur…  peut-être un rayon de douceur apaiserait-il, sans rien oublier de cette vague de folie. Deux heures et hop, sable, soleil, calme et douceur de vivre, vous voilà à Zarzis.

En ouverture : Dar Nesma

Zarzis ? Oui, le Sud tunisien au bas de l’île de Djerba. Des collines, des oliveraies à perte de vue, du sable fin, des palmiers. Le décor est planté. C’est le paysage que l’on traverse après avoir atterri à l’aéroport de Djerba-Zarzis. Direction, une maison d’hôtes, votre maison pour quelques jours, un week-end ou plus. Dépaysement assuré par les maisons basses et blanches, par des échoppes tout au long de la route, des palmiers partout, des chèvres qui vous regardent avec tendresse.

Dar Nesma, la maison de la brise
Tout au bout d’un chemin qui grimpe sur les collines, les hôtes de Dar Nesma vous attendent. Et là le monde est à vos pieds, enfin pas le monde entier mais la mer, les oliviers, les palmiers, la blancheur éclatante des maisons, tous ces délices sont à vos pieds. Une belle maison de bleu et blanc vêtue, inondée de soleil. Des chambres (hyper) modernes, très confortables, habillées et ornées de produits du terroir. Oui tout se fabrique soit à Zarzis, soit sur l’île de Djerba. Couleurs chaudes, tissus chaleureux, petite terrasse personnelle face à la piscine, un hammam et une salle de massage à votre disposition si vous le souhaitez  avec Rym, masseuse et esthéticienne selon vos désirs. Des repas typiques, épicés, colorés, odorants concoctés par les hôtes de Dar Nesma. Vous voilà chez vous, fort bien installés et prêt à découvrir cette authentique région tunisienne.

Côté “aventure“

Stéphane ou Jacques vous proposent des virées 4x4 à Ksar Ghilane, superbe oasis au milieu de nulle part. Dormir au campement, se balader à dos de dromadaire ou de cheval, partir en quad jusqu’au fort Ghilane…
Des pauses à l’aller ou au retour pour découvrir Tataouine, Matmata, Toujane, Chénini ou Douiret. Au détour de quelques ksour, des dégustations de thé au thym et romarin, un  déjeuner chez Kamel à Toujane où les femmes tissent des tapis magnifiques.

Zarzis, à 10 kilomètres de Djerba, au bout de la voie romaine
Un endroit de bout du monde tant est grand le dépaysement. À l’époque romaine, Zarzis, encore une colonie qui s’appelait Gergis, était une succession de petits villages de pêcheurs et d’oléiculteurs. Depuis le tourisme s’y est ancré, enfin surtout à Djerba. Ici quelques hôtels-clubs sortis du sable, telle Aphrodite sortie de la mer mais aucun envahissement. Pour commencer la journée, ne ratez le marché sous aucun prétexte : des légumes non calibrés certes, mais superbes, des épices, du poisson, des moutons et de l’agneau, flirtent avec des paniers dans tout leurs états, des odeurs.
Si vous ramenez un petit marché, Catherine et Stéphane ou Christine et Jacques vous mitonneront un dîner de leur cru. Quant aux souks, ces marchés gigantesques qui s’étendent sur des hectares, il y en a 3 par semaine. Étonnantes les fripes où se côtoient les pulls Armani et Burberry’s avec les vêtements locaux (djellabas et autres…), les machines à coudre et les radiateurs, les téléphones portables et les Converse… des savons et des huiles d’olive…


Le matin au marché


Zarzis, cité antique
La ville est très étendue, très animée, les terrasses des cafés regorgent de jeunes et beaux tunisiens qui sirotent pendant des heures des cafés ou un thé à la menthe. Arrêtez vous un moment avant de partir découvrir le musée situé dans une église, oui, oui, dans une église datant du XXe siècle qui porte le nom de Notre Dame de la Garde ! Là, des collections magnifiques archéologiques et anthropologiques racontent l’ancrage culturel de Zarzis et de la Tunisie. La grande mosquée, que tout le monde appelle mosquée verte, sert de repaire aux visiteurs un peu perdus. À quelques kilomètres au nord, le site archéologique de Gigthis avec le forum romain, le capitole et de belles mosaïques monochromes, traces de vie d’une bourgeoisie bien installée.  À quelques kilomètres au sud le site de Chammakh, hélas beaucoup de vestiges ont été recouvert pour les besoins d’un urbanisme exigeant. À ne rater sous aucun prétexte, le musée à ciel ouvert de StreetArt dans le village d’Erridah sur l’île de Derba. Un petit tour à Guellalla, village de potiers, un bonheur ! Partout de la poterie, difficile de tout voir et de choisir, plus simple aller visiter le musée de la poterie, un beau tour d’horizon. Sans oublier le port de pêche, le chantier naval et les salins.
Laissez-vous promener par de très aimables chauffeurs de taxi pour des prix dérisoires. Ne soyez pas trop regardant sur l’âge du taxi ! Il n’en a plus, d’âge !

Où déjeuner lors de ces balades ?
L’embarras du choix. Une quantité de petits troquets typiques où l’accueil chaleureux et souriant vous séduira. Là, le « Sfaxien » vous grille la daurade quasiment sur la route, un délice de fraîcheur. Ici « Momo » le marocain, mitonne des tajines incroyables, au centre du bled « le Berbère » excelle dans le couscous même si tout le monde répète qu’il n’y a de bon couscous qu’à la maison ! « Le Riad », enseigne chic, si l’on peut dire, bel endroit où Aziz reçoit avec une exubérance conviviale et concocte des pâtes aux fruits de mer comme personne. Aucun souci pour les trouver, ils bordent la plage de Sonia et tous les taxis les connaissent. Rsifet, un hameau de pêche incroyablement inattendu. On se croirait retourné quelques décennies en arrière, le poisson pêché quelques heures avant, laisse hésitant entre loups, daurades, pageots… ils bougent encore ! À Guellalla le « Dauphin bleu » grille sous les yeux le poisson servi avec du couscous, attention il « décape » le couscous du Dauphin bleu ! Bien évidemment pas de vin, mais chez vous à Dar Nesma vous pourrez déguster les vins tunisiens, (Magon rouge ou blanc, le rosé de Carthage)


Le retour de la pêche


Retour bien mérité à la « maison ». Le Dar Nesma vous attend pour un repos bien mérité, un hammam et un massage par Rym, des séances de réflexologie plantaires et des soins de podologie, prodigués par Catherine, finiront de vous détendre. Rien n’oblige à tout voir le même jourbien sûr !  Côté “ créa peinture “ des demi- journées de stages mosaïque ou peinture animées par Christine.
La douceur de vivre, le temps qui suspend son vol et le dieu soleil qui réchauffe le cœur et le corps.

Les souks à Zarzis : mardi soir, mercredi matin, vendredi matin, samedi matin
La médina appelée quartier juif : tous les jours. Certaines échoppes ferment entre 12h et 16h.
Les tarifs des restaurants : entre 14 et 20 dinars par personne. (1€=2,30Dtn)

Dar Nesma : BP 153 Souihel , 4173 Zarzis - Tunisie
Stéphane 00 216 55 900 708   - Catherine 00 216 55 900 337
Jacques 00 216 21 786 593 - Christine 00 216 24 346 043
http://www.dar-nesma.com
info@dar-nesma.com
Novembre à février: 350€ la semaine - 50€ la nuit
Mars à juin et septembre à octobre : 450€ la semaine - 65€ la nuit
Juillet à août : 550€ la semaine - 80 € la nuit

Se rendre à Zarzis : vols via l’aéroport Djerba-Zarzis. Bateau départ de Marseille via Tunis ou départ de Gênes via Tunis.

(photos Magali Aimé)

Publié le 26 janvier 2015


le balicco

Dernières actualités

Hôtel Martinez à Cannes. Un jardin sur la Croisette

L'hôtel des années folles renaît depuis le festival international du film en mai dernier. L'architecte Pierre-Yves Rochon lui a façonné un nouveau visage, en mariant le luxe contemporain à l'art de vivre méditerranéen.

Goût de France. La fête de la gastronomie change d'appellation

Il faudra avoir des dons d'ubiquité pour pouvoir assister aux très nombreuses festivités programmées le week-end prochain, de Nice à Cassis, en passant par Villeneuve-Loubet, Vence, La Valette-du-Var, Aix-en-Provence.

Fairmont Monte-Carlo. Didier Aniès succède à Philippe Joannès

Un des meilleurs ouvriers de France remplace un des meilleurs ouvriers de France comme chef exécutif des cuisines de ce bel établissement monégasque.

La villa mauresque***** à Saint-Raphaël. Féerique !

Que se cache-t-il derrière ces hauts murs crénelés immaculés ? Le seuil franchi, l'émerveillement est total ! Les deux villas orientalistes qui composent cet hôtel entièrement rénové et décoré en 2015, tout en gardant son caractère d'origine, et son luxuriant parc de 5000 m2, tutoient la Méditerranée.

Domaine de Barbossi à Mandelieu. Les vendanges des chefs

Débutées le 15 août, les vendanges se sont achevées le 12 septembre par la cueillette des carignans. Deux jours auparavant, les chefs de cuisine de l'Oasis, ont prêté main-forte aux vendangeurs.

Domaine Figuière à La Londe-les-Maures. Un millésime qui s’annonce expressif !

À La Londe-les-Maures, au domaine, trois des enfants d’Alain Combard, Magali, Delphine et François, ont pris le relais pour défendre avec succès le patrimoine paternel. En famille, chacun met ses compétences à profit : Magali la commercialisation dans le monde, Delphine l’administratif, François le vignoble et la vinification.

Disciples Escoffier international. L'actualité des délégations

Les Disciples Escoffier Riviera Côte d'Azur Monaco et Corse participeront aux Fêtes Escoffier.

Truffières de Rabasse. Découvrez le "trunch", le brunch à la truffe

Depuis vingt ans, Truffière de Rabasse met tout son savoir-faire au service de la truffe. Et depuis vingt ans, la marque se donne un défi : démocratiser la consommation du célèbre champignon noir… pour offrir un « moment truffe » à tous !

Le vin de la semaine. Château Malherbe. Malherbe grand blanc 2014

Les jus de cette cuvée emblématique, quintessence du terroir Malherbe, sont vinifiés en cuves séparément avant d’être assemblés. L’élevage se déroule intégralement en demi-muid de chêne français, durant 18 mois.

Brasserie du Comté. Bière du Comté, la bière tradition du pays niçois

Cette bière bio locale artisanale, 100 % naturelle, est brassée avec l’eau de source du Mercantour, à Saint-Martin-Vésubie, depuis 2012.

Petit futé. Guide de l'œnotourisme. Les 100 plus belles routes des vins de France

Ce guide traite donc du vin en général, sous ses aspects pratiques (dégustation, achat, conservation), mais aussi de l’activité touristique tournant autour du vin, l’œenotourisme : visites de domaines, circuits et séjours dans les vignobles, routes des vins, etc.

Ducasse edition. Best of Sylvestre Wahid

Le meilleur de Sylvestre Wahid en 10 recettes. Un véritable cours de cuisine en pas à pas illustrés, avec conseils et astuces, pour réussir ses recettes comme le grand chef.

Éditions de La Martinière. Gibier

Avec passion et savoir-faire, Bruno Doucet nous prouve dans cet ouvrage que l'amour de la chasse, de la cuisine et de la nature ne sont pas incompatibles ; bien au contraire.

Éditions Ulmer. I love gluten. Éloge du bon blé

Ce livre fait le tour de la question et se propose de démontrer que, si le gluten pose parfois de réels problèmes, il constitue, dans la plupart des cas, une vraie richesse qu’il est temps de réhabiliter.

Éditions Terre vivante. Je veux manger comme à la cantine bio !

Le Sénat a validé l’objectif d’au moins 20 % de produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration collective publique d’ici 2022.

Menu fretin. Qu'est-ce que boire ? Critique de la dégustation des vins

« La transformation progressive du buveur en dégustateur est une véritable aliénation. Là où s’établissait un rapport libre au corps et au monde, là où l’alimentation rencontrait l’ivresse et la commensalité, ne règne plus aujourd’hui que la contrainte » écrit François Caribassa.

Flammarion. Rhum. Le guide de l'expert

Les Caraïbes sont-elles les seules à produire du rhum « traditionnel » ? Les néo-producteurs de rhum sont-ils en train de venir surpasser les producteurs historiques ? Demain, le meilleur rhum du monde sera-t-il japonais ou laotien ? Autant de questions auxquelles le guide de l’expert rhum ne répond pas, parce qu’elles sont sans réponse.

Fouquet's Cannes. Une offre enfants signée Pierre Gagnaire

Durant tout le mois de septembre, le groupe Barrière entend séduire des clients exigeants et délicats : les enfants. Avec un menu dédié, mais toujours signé Pierre Gagnaire, il offre aux plus petits l’occasion de découvrir, dès le plus jeune âge, les délices de la brasserie française.

Mucem à Marseille. Exposition "Manger à l'œil"

Comment mangeait-on en 1900 ? Autour d’une table, dans la rue, sur le bord d’un talus ? Et dans les années 50 avec l’arrivée de la consommation de masse, ou dans les années 70 avec l’avènement du tout prêt, tout cuit et des premiers mouvements bio ?

ABCDaire gourmand. Le site des chefs de la région

En ligne depuis mars 2018, ce nouveau site créé par Gérard et Michelle Bernar de l'email-gourmand, présente, sous la forme d'une biographie résumée en un curriculum vitae, présente les chefs cuisiniers et pâtissiers, classés par ordre alphabétique, travaillant dans la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur.

em@il gourmand

Gérard et Michelle Bernar
Rédaction et photographies

19, avenue de la croix des gardes
06400 Cannes

(0)6 33 55 01 19

gerard.emailgourmand@gmail.com
La vraie charcuterie corse. Où la trouver ? comment distinguer les produits originaux ? Les efforts entrepris par les éleveurs semblent sur le point de porter leurs fruits : un AOC ne devrait plus tarder à apporter à la charcuterie corse son passeport pour les assiettes des gourmets. En savoir plus sur la vraie charcuterie corse